Microsoft est-il un collaborateur zêlé des services secrets américains ? La question se pose, selon des extraits de documents fournis par Edward Snowden, l’informaticien de la NSA (national security agency) en fuite, révélés par le quotidien anglais The Guardian.
Ces documents dressent le détail de la collaboration entre l’éditeur américain et les agences fédérales NSA et FBI. Celles-ci souhaitaient intercepter les échanges électroniques transitant par les divers services en ligne de Microsoft.
Selon ces révélations, la NSA s’inquiétait de ne pouvoir déchiffrer les conversations instantanées (chats) effectuées via Outlook.com, lorsque le chiffrement a commencé à être testé sur ce service en juillet 2012.
Quelques mois plus tard, en décembre 2012, la NSA et Microsoft, auraient trouvé ensemble une solution à ce problème en contournant le chiffrement et ce, avant que le service ne soit ouvert commercialement au début 2013.
Un autre document stipule que la NSA aurait accès aux courriels sur HotmailOutlook et Live,avant qu’ils ne soient chiffrés lors de leur envoi.

Accès direct du FBI au données stockées sur Skydrive

Le service de stockage en ligne Skydrive aurait aussi été l’objet d’une coopération étroite entre l’éditeur et le FBI. L’agence fédérale chargée de la sécurité intérieure aurait obtenu un accès direct à ces données stockées.
Enfin, la NSA aurait consacré des efforts particuliers pour pouvoir collecter les communications échangées par Skype. Ce service d’échanges voix-chat-vidéo avait été intégré au programme Prism d’écoutes des communications électroniques quelques mois avant que Microsoft ne rachète l’entreprise à l’été 2011. 
Un document révèle qu’une nouvelle fonction de surveillance des échanges vidéo sur Skype aurait permis, le 14 juillet 2012, de tripler la collecte de ces communications par l’agence NSA. L’ajout de ces flux serait venu compléter l’interception de la portion audio de ces sessions vidéo, déjà réalisée avec succès, selon ces mêmes révélations.
Skype recourt pourtant à un protocole de communication « propriétaire » réputé très difficile à intercepter. Mais c’était sans compter sur la coopération de Microsoft avec les services secrets américains…
Source :
– How Microsoft handed the NSA access to encrypted messages (The Guardian)