0

Appel du partipirate (ile de France) à se rassembler ce dimanche pour la protection d’Edward Snowden et des lanceurs d’alerte

-

veritemarche

Edward Snowden n’est pas le premier qui, écoeuré par les dérives des institutions chargées de protéger les citoyens, s’engage au péril de sa vie, à dénoncer le pouvoir excessif conféré aux services de renseignements.

Les sentinelles que sont les lanceurs d’alerte méritent d’être protégés par la loi. L’enjeu est démocratique.

La solidarité avec les lanceurs d’alerte doit s’exprimer par une forte mobilisation à travers le monde afin qu’ils obtiennent protection.

Dimanche 7 juillet 2013 à 14 heures, rendez-vous au Parvis des droits de l’homme ou esplanade du Trocadéro (lieu du rdv).

Venez avec un masque de Edward Snowden à imprimer puis à découper, en solidarité avec le lanceur d’alerte américain.

Nous contacter : contact at idf.partipirate.org

https://idf.partipirate.org/2013/07/rassemblement-pour-la-protection-edward-snowden-lanceur-alerte/

0

Le #Venezuela accorde l’asile humanitaire à Edward #Snowden

-

 Edward Snowden reste retranché dans la zone de transit de l’aéroport de Moscou. 

Photo PHILIPPE LOPEZ / AFP 

Le Venezuela a annoncé vendredi qu’il accordait l’asile à Edward Snowden, l’ancien consultant de la National Security Agency (NSA) à l’origine des révélations sur l’ampleur des programmes de surveillance et d’espionnage des services américains.

« J’ai décidé d’offrir l’asile humanitaire à ce jeune Américain, Edward Snowden, de sorte qu’il puisse venir dans la patrie de Bolivar et de Chavez et y vivre à l’écart de la persécution impérialiste nord-américaine », a dit le président Nicolas Maduro lors d’un défilé marquant l’indépendance du Venezuela. 

Deux autres pays latino-américains, le Nicaragua et la Bolivie, se sont dit prêts eux aussi à accueillir le jeune informaticien.

Edward Snowden est bloqué depuis le 23 juin en zone de transit de l’aéroport de Moscou-Cheremetievo, où il est arrivé en provenance de Hong Kong. Sa présence prolongée commence à indisposer les autorités russes, qui ont exclu de lui accorder l’asile et l’ont appelé jeudi à « choisir un endroit où aller ».

« L’asile au Venezuela serait pour Snowden la meilleure solution. Ce pays entretient des relations tendues avec les Etats-Unis », a dit Alexeï Pouchkov, président de la Commission des Affaires étrangères de la Douma, la chambre basse du Parlement russe.

Le porte-parole du président Vladimir Poutine s’est refusé à commenter pour l’instant la proposition de Nicola Maduro.

« L’affaire Snowden démontre que les tentatives américaines de placer le monde sous un contrôle électronique, militaire et politique sont vouées à l’échec », a dit Pouchkov. 

Recherché par les Etats-Unis qui veulent le juger pour espionnage et ont annulé son passeport, il a déposé des demandes d’asile auprès d’une vingtaine de pays mais peine à trouver un pays d’accueil.

La France, qui figurait sur sa liste, a ainsi refusé jeudi de donner une suite favorable à sa demande.

A Washington, la Maison blanche a refusé de faire le moindre commentaire sur l’annonce de Caracas.

Nicolas Maduro a expliqué sa décision par les détails que Snowden a livrés sur les programmes d’espionnage des Etats-Unis qui, a-t-il ajouté, ont révélé les « procédés infâmes de l’empire ».

« Qui est le coupable ? Un jeune homme qui dénonce des plans guerriers ou le gouvernement des Etats-Unis qui lance des bombes et arme l’opposition syrienne contre le peuple et le président légitime Bachar al Assad ? Qui est le terroriste ? Qui est le délinquant global ? », s’est interrogé le successeur d’Hugo Chavez. 

COUP DE FROID TRANSATLANTIQUE

Edward Snowden, qui travaillait dans une antenne de la NSA à Hawaï, a transmis à des journalistes du Guardian et du Washington Post des informations sur l’existence du programme Prism, un vaste réseau de cybersurveillance permettant au renseignement américain de surveiller les communications téléphoniques et électroniques.

Il est aussi à l’origine des révélations de l’hebdomadaire allemand Der Spiegel, corroborées par le Guardian britannique, sur la mise sur écoute de représentations de l’Union européenne, aux Etats-Unis, à l’Onu et jusqu’au siège des institutions communautaires à Bruxelles, ainsi que d’Etats membres de l’UE, dont l’Allemagne et la France.

Ces accusations ont jeté un froid sur les relations entre Européens et Américains au moment où les deux blocs doivent lancer, ce lundi, les négociations d’un traité de libre échange transatlantique (TTIP).

Le calendrier de ces discussions, que certains dont la France souhaitaient repousser, a été maintenu mais des groupes de travail euro-américains seront mis en place pour discuter des activités des services de renseignements américains et de la protection des données liées à la vie privée.

Par ailleurs, l’Union européenne envisage de suspendre deux accords offrant aux Etats-Unis, depuis les attentats du 11 septembre 2001, un accès à des bases de données financières et de transport aérien si Washington n’affiche pas son intention de respecter les règles européennes sur le secret des informations.

Barack Obama a promis lui, en début de semaine, de fournir à ses alliés européens toutes les informations relatives aux programmes de surveillance américains.

Mais le président américain, qui s’exprimait lundi lors de son déplacement en Tanzanie, a ajouté que « tous les services de renseignement, y compris ceux de l’Union européenne, essayent de comprendre ce qui se passe dans les capitales du monde entier à l’aide d’informations qui ne proviennent pas des médias ».

Snowden est aussi, mais très indirectement, la cause d’un incident diplomatique entre l’Amérique latine et plusieurs Etats européens, dont la France, qui ont temporairement fermé cette semaine leur espace aérien à l’avion ramenant le président bolivien Evo Morales d’une conférence sur l’énergie à Moscou.

Cette décision aurait été motivée par des rumeurs selon lesquelles le « lanceur d’alerte » se trouvait à bord.

Daniel Wallis et Deisy Biutrago avec Ivan Castro à Managua, Adrian Croft à Bruxelles et Roberta Rampton à Washington; Henri-Pierre André pour le service français, édité par Pascal Liétout

http://fr.reuters.com/article/topNews/idFRPAE96500720130706?sp=true

0

Le @PartiPirate réclame #justice pour Slehedine Kchouk

-

Paris, le 6 Juillet 2013

Communiqué de Presse

Parti Pirate France

Le PartiPirate réclame justice pour Slehedine Kchouk (président du parti Pirate tunisien)

Considérant les attendus du courrier de Maître
Kaïs Weslati, Avocat à la Cour, traduit par Maitre Ramzi DHAOUADI, intreprète
assermenté auprès de la cour d’Appel de Bizerte, qui a signé, faisant état de
craintes réelles et sérieuses qui pourraient entraver la manifestation de la
vérité, le Parti Pirate tient à réitérer l’expression de son profond attachement
à ce que les conditions d’un procès équitable soient garanties, notamment
à monsieur Slehedine Kchouk, et cela sans délai ni aucune
restriction.

Le Parti Pirate manifeste en outre sa sollicitude
à monsieur Slehedine Kchouk dans l’épreuve qu’il traverse, autant qu’il lui
assure mettre sa vigilance au service de ce que la Justice soit rendue dans
le respect de la lettre et de l’esprit de la loi
, notamment en vérifiant que
les parties s’attachent de manière objective à ce que toutes les garanties
soient apportées à la défense de monsieur Slehedine Kchouk et qu’en conséquence
celui-ci puisse assurer et faire assurer cette défense dans des conditions
indiscutables d’équité qui excluent toute pression policière ou omission de leur
part et/ou voies de droit ou de fait incompatibles avec la législation
tunisienne et, plus généralement, avec les droits de l’Homme reconnus par les
institutions internationales compétentes en la matière.

 

Le Parti Pirate déclare donc suivre avec la
plus vive attention tous les développements de l’affaire qui concerne monsieur
Sleh
eddine Kchouk.

 

Fait pour valoir autant que de besoin, le 6
juillet 2013 à Paris.

 

Le Parti Pirate

Plainte 1

plainte page 2

0

Surveillance abusive/ Prism : Communiqué de Presse du Parti Pirate

-

Communiqué de Presse

Parti Pirate France

& Partis Pirates Européens

Les Partis Pirates s’engagent contre « PRISM »

Nous sommes consternés de découvrir une surveillance
sans précédent des utilisateurs d’Internet
de par le monde via PRISM
et d’autres programmes du même ordre. Des capacités de surveillance globale de
telles sortes — tout particulièrement lorsqu’elles sont mises en œuvre sans
accord des citoyens — sont une atteinte sérieuse aux Droits de l’Homme,
à la liberté d’expression ainsi qu’à la vie privée, tous trois éléments
fondateurs de nos démocraties
.

Nous applaudissons Edward Snowden
pour ses actions de dénonciation. Quand un gouvernement est réellement élu par
le peuple et pour le peuple, on ne peut considérer comme un crime de diffuser
des informations sur le but et l’étendue des actions que ce gouvernement engage
au nom de ses citoyens dans l’objectif revendiqué de les protéger. Les Partis
Pirates estiment qu’un gouvernement dit « représentatif » dans une démocratie se
doit de reposer réellement sur le consentement de son peuple. Cependant un tel
consentement ne peut exister lorsque les citoyens ne sont pas complètement
informés.

Nous Pirates, notons avec inquiétude l’absence totale de considération que le
gouvernement américain montre pour les droits des citoyens européens et plus
généralement, envers tout citoyen du monde utilisant les services de
communication et les infrastructures relevant du droit Etats-Unien. Nous notons
également l’effet négatif sur ses alliés, sur la souveraineté des pays concernés
et la compétitivité de leurs entreprises.

L’Europe se doit de répondre à ces
présentes révélations avec toute la détermination nécessaire. À la lumière de
ces informations, il devient nécessaire pour l’Union Européenne de ne pas rester
complice de ces abus de pouvoir aux lourdes répercussions et de s’élever au rang
de pionner dans les domaines des droits numériques, de la protection de
la vie privée, de la transparence gouvernementale et de la protection des
lanceurs d’alertes
.

Nous Pirates,
demandons :

1. Asile et Protection aux lanceurs d’alertes

Le gouvernement des États-Unis d’Amérique a démontré – dans le cas de Bradley
Manning et d’autres avant lui – que son traitement des lanceurs d’alertes est
une cause de préoccupation grave pour sa démocratie. De même l’étiquetage public
d’Edward Snowden comme un « traître » par différents responsables devant les
médias crée un climat dans lequel il ne peut espérer avoir droit à procès
équitable. Nous déplorons qu’il puisse être sujet de persécutions pour sa
politique de gouvernement transparent (Open Government) et encours probablement
à son tour des peines ou traitements inhumains et/ou dégradants, incluant la
menace d’un éventuelle peine de mort.

Aussi, nous demandons à tous les gouvernements d’Europe de traiter
avec bienveillance les demandes d’asile politique ou le statut de protection
subsidiaires
de M. Edward Snowden et d’autres présents et futurs
lanceurs d’alertes en faisant avancer avec la diligence nécessaire leurs
requêtes.

2. L’ouverture des faits

Les Partis Pirates estiment qu’il est inacceptable que des programmes secrets
de surveillance contournent toute procédure démocratique et
empêchent l’engagement critique et rationnel indispensable aux citoyens pour
déterminer si une action de leur gouvernement élu est justifiée ou non. Aussi,
nous appelons le Parlement Européen à constituer un comité d’investigation, en
accord avec l’article 185 de ses règles de procédure afin d’établie et publier
les faits suivants :

  • Quelles sont les véritables capacités de PRISM ?

  • Quels sont les flux de données et les sources
    qu’il utilise ?

  • Quels corps administratifs de l’Union Européenne
    et de ses états membres ont eu connaissance ou accès à PRISM, aux programmes
    similaires et/ou à des données issues de ces derniers ?

  • À quel point la Charte des Droits Fondamentaux, la Directive 95/46/CE sur la
    protection des données personnelles, la Directive du 12 juillet 2002 sur la
    protection de la vie privée dans le secteur des communications électroniques ou
    d’autres lois européennes ont-elles été violées ?

Nous Pirates, adressons cet appel à tous les parlements nationaux – afin de
déterminer si les constitutions nationales, les lois de protection des données
et les lois d’espionnage ont été ou non délibérément transgressées.

3. Une meilleure protection des données européennes

La proposition de loi General
Data Protection Regulation
en cours d’examen doit être renforcée afin
d’assurer une protection plus large et plus profonde des données privées et
professionnelles. Aux efforts de lobbying des intérêts privés, nous nous devons
d’opposer celui de tous les citoyens de l’Union.

En particulier, les données des
Européens ne doivent pas être sciemment
remises aux services d’espionnage des États-Unis d’Amérique
. L’article
42 issu de la première fuite de proposition de loi, qui portait sur les mesures
de protection des lois extra territoriales de pays tiers comme le « Patriot
Act » ou encore le « Foreign Intelligence Surveillance Act » (FISA) des
États-Unis doit être réintroduit. Il posait des barrières aux autorités
étrangères lors de l’accès aux données européennes. Les méta données ainsi que
les pseudonymes doivent également être protégés.

D’après les principes de la « Sphère de sécurité » (Safe Harbor) relatifs à
la protection de la vie privée, les entreprises américaines se doivent informer
leurs clients lorsqu’elles permettent à des tiers d’accéder à leurs données. Il
est manifeste que les entreprises associées au programme PRISM ont effectivement
violé ces dispositions. En conséquence, les Partis Pirates estiment que l’Union
Européenne doit révoquer son accord à ces principes (décision
n°2000/520/EC de la Commission), de telle sorte que les entreprises concernées
soient immédiatement soumises au droit européen en cas de manquement. Les
Pirates demandent à ce que la « Sphère de sécurité » puissent : soit être
renégociée en intégrant des mesures de protection plus efficaces et davantage de
moyens de recours, soit être remplacée par un nouvel accord international sur la
protection des données, basé par exemple sur la proposition de loi « General
Data Protection Regulation » (GPDR).

4. Un traité international sur la Liberté sur Internet

Pour assurer qu’Internet reste une force d’autonomisation et de
démocratisation plutôt que continuer à être utilisé comme un outil limitant et
réduisant la démocratie et la liberté individuelle, les Partis Pirates d’Europe
estiment que l’Union Européenne pourrait et devrait être le fer de lance d’un
traité international sur la Liberté sur Internet. Un tel traité
permettrait de protéger fortement la confidentialité des communications, la
liberté d’expression et l’accès à l’information (en particulier ce qui touche à
l’Internet) ainsi que la neutralité du net.

5. Le financement de logiciels respectueux de la vie privée

Afin de constituer une nouvelle ligne de défense de la vie privée, les
utilisateurs doivent pouvoir choisir des logiciels et services qui
respectent vraiment leur vie privée
. De tels logiciels devraient
garantir l’anonymat de leurs utilisateurs, offrir un système fort de chiffrement
de bout-en-bout, des architectures pair-à-pair (peer-to-peer), la possibilité
d’héberger soi-même ses données, un code source visible de tous…

Les Partis Pirates se réjouissent de constater que « protéger la vie privée
et la liberté des internautes » fait partie des propositions soumises en ce
moment au programme Horizon
2020
. Nous demandons à l’Union Européenne :

  • d’une part d’allouer une part bien plus significative des
    fonds de recherche à la diversification de l’offre logicielle plutôt qu’aux
    projets ayant le but contraire comme par exemple ceux visant le développement
    des outils de surveillance et d’exploration des données.

  • d’autre part de rejeter fermement des propositions dont le but explicite est
    la surveillance aveugle et généralisée des citoyens de l’Union ne se basant sur
    aucune suspicion fondée.

6. La prévention contre un PRISM Européen

Nous Pirates Européens, proposons des moyens législatifs visant à
renforcer la défense contre les organismes similaires à travers toute
l’Europe
.

Les écoutes directes des agences gouvernementales des
communications au cœur du réseau Internet — comme celles ayant été reportées
comme installées par la « National Security Agency » (NSA) dans le cadre du
programme BLARNEY
— doivent être explicitement déclarées hors-la-loi. De telles écoutes autorisent
le stockage et l’analyse de données de toutes les communications ayant lieu sur
Internet, outrepassant toutes les procédures et contrôles existantes. Ces
écoutes mettent ainsi en péril la confidentialité de toutes données et la vie
privée de tout un chacun. Porter atteinte à l’intégrité du réseau d’une manière
aussi révoltante empêche toute confiance et prive les citoyens et internautes
européens de tous les points positifs que l’on peut y trouver.

Les Pirates renouvellent donc leur appel pour la révocation de la
directive sur la conservation des données
. Les juridictions
constitutionnelles tchèque, serbe et roumaine ont explicitement conclu que la
collecte à grande échelle et sans suspicion de données personnelles constituait
une violation fondamentale des droits de l’homme. Par la collecte généralisée de
grandes quantités de données sans l’accord d’un tribunal, les programmes de
conservation de données permettent à quelque pouvoir exécutif de largement
outrepasser ses attributions au travers de plates-formes telles que PRISM,
menaçant du même coup la séparation des pouvoirs entre exécutif, législatif et
judiciaire, ce qui n’est rien de moins que le fondement même de nos
Démocraties.

Le Parti Pirate

0

Et de 3 millions pour DuckDuckGo qui profite des dénonciations de surveillance abusive des USA!

-

Et de 3 millions pour DuckDuckGo!

le moteur de recherche DuckDuckGo, l’un des seuls au monde à proposer des recherches à la fois efficaces et sans aucun traçage de l’utilisateur, voit son trafic progresser fortement, aidé par le scandale de la surveillance du web par les services américains.

Lundi, il a dépassé le seuil des 3 millions de requêtes quotidiennes.

Son adoption s’accélère par ailleurs : il a fallu 1445 jours (près de 4 ans) pour franchir le cap du million de recherches journalières, 483 jours pour celui des 2 millions et 8 jours pour celui des 3 millions.

http://www.numerama.com/magazine/copier/26272-duckduckgo-profite-de-prism-et-des-doutes-sur-google-maj.html

0

Mehdi

-

99

j’ai décidé de tester les 20 sites de téléchargement légal #PUR proposés par #Hadopi

-

Bonsoir les amis défenseurs du net. je vous partage ici un article qui se passe de commentaire dailleurs je commence par la conclusion :

j’ai décidé de tester les 20 sites de téléchargement légal de vidéo proposés par Hadopi sous son label “PUR”.

Cet article n’a pas de vocation politique. Je vais pas me la péter, je ne maitrise absolument pas les tenants et les aboutissants du business de la culture. Je ne sais pas ce qu’il faudrait faire.

Le seul truc dont je suis certaine, –et là je m’adresse au petit monsieur derrière son bureau qui  distribue ses macarons hadopi– c’est que si tu veux que je paie pour du téléchargement sur un de tes sites labelisés mon bon Robert, laisse-moi te dire que pour l’instant tu me proposes pas un truc qui ressemble au quart du début de la moitié d’une offre qui serait suffisamment convenable pour que je sorte mon portefeuille.

En bref, ce test aura servi à deux choses. Me filer un énorme sentiment de légitimité à pirater du contenu. Et me donner l’impression que quelque part, dans les Hautes Instances de Mes Couilles, on se fout doucement de nos gueules en se resservant des frites à la cantoche.

Bien joué.

CRÉDIT : HTTP://FRENCHJOURNALIST.TUMBLR.COM/

http://www.klaire.fr/2013/06/10/ivre-hadopi-adopte-le-label-pur-foutage-de-gueule/


Je vais donc essayer de résumer rapido mon test de chacun des 20 sites labellisés par Hadopi. Sachez juste que :

  • N’étant ni Zorro, ni Edwy Plenel, ni Crésus, ces tests ne sont pas emprunts d’une rigueur journalistique  de ouf, mais, franchement, faits avec bonne foi.

  • Je jure d’essayer de faire concis, mais vu que j’ai mis 4 paragraphes à arriver jusqu’ici, je vous autorise à en douter.

  • Je les ai testés dans l’ordre proposé par liste d’Hadopi. La liste en question est par ici. On y arrive en 3 clics depuis Google.

    C’est parti. 

1 – FUNANIM (http://www.funanim.fr/)

C’est quoi ?

Funanim.fr est un site de téléchargement de séries japonaises uniquement. Déjà il faut avoir envie de regarder une série japonaise uniquement.

Le test

Premier bon point, je vois direct que c’est bien trié entre VF et VOST.  L’inscription est rapide. Je décide d’acheter ça : Strait Jacket- Le Film – SD.mp4  à  1 euro 49  pour la bonne raison que c’est le moins cher. Mais leurs prix sont dans ces eaux-là pour des vidéos courtes ce qui me parait correspondre aux prix du marché. 

Le site fonctionne très bien et le paiement est sécurisé. A vrai dire,  je suis agréablement surprise.

Jusqu’à ce que je tente de télécharger mon film qui s’est sagement ajouté à leur rubrique “Mes téléchargements” et … message d’erreur. Impossible de télécharger mon fichier. Same player, try again : message d’erreur. Je passe de Chrome à Firefox : message d’erreur toujours.

CAPTURE FUNANIM.FR : MESSAGE D’ERREUR SUR GOOGLE CHROME LORS DU TÉLÉCHARGEMENT

Comme je vois les mots “iphone-ipad” dans l’url de téléchargement, je me dis que j’ai peut-être merdé quelque part et que c’était peut-être un fichier pour mobile only. Dans une dernière lueur d’espoir, j’essaie donc sur iPad. Je vous laisser deviner ? Message d’erreur.

CAPTURE FUNANIM.FR : MESSAGE D’ERREUR SUR SAFARI POUR IPAD LORS DU TÉLÉCHARGEMENT

Pendant ce temps, mon compteur de téléchargements, lui, prend en compte ces essais infructueux. J’en suis à 4 downloads sur 5 autorisés. J’abandonne et j’envoie un mail au SAV. (Le suivi de ce mail sera dans les mises à jour de cet article)

Conclusion : Un site propre et bien fait quoique réservé aux amateurs de séries japonaises.Impossible de télécharger la vidéo achetée. 1€49 dans mon cul.

“Mazette, ce test commence sous de moyen-bons augures”, me dis-je, avant de continuer vaillamment ma mission-de-la-Villardiere. NEXT.

2. WAKANIM  (http://www.wakanim.tv/) 

C’est quoi ?

Wakanim.tv est également un site dédié au téléchargement de séries japonaises uniquement.

Décidément.

Le test

Le site propose quelques épisodes en streaming gratuit, ce qui est plutôt une bonne idée avant d’acheter un truc. Je lance un épisode gratuit : pour que la lecture commence, il me faut valider une pop-up de pub Bledichef, puis une grande fenêtre de pub Blédina s’ouvre. Rien de méga intempestif non plus, et bien que j’aie un sacré doute sur le ciblage d’une pub Blédina pour un public d’accros au mangas, je me dis que c’est toujours moins crade que le festival de pubs Cougar-cherche-plan-cul qui accompagne habituellement le moindre visionnage en ligne 

CAPTURE BINNEWS.IN

J’achète 2 crédits, de quoi acquérir un épisode payant cette fois. Le paiement est bien foutu, et propose le choix entre le streaming (visionnage en ligne) ou le téléchargement physique. Pour 2€30, j’opte pour ce dernier.  Mon fichier se télécharge, hourrah, et en quelques secondes je dispose sur mon ordi d’une vidéo de bonne qualité, avec a priori une durée de vie illimitée.

HOURRAH

Conclusion : Un site propre, mais également réservé aux amateurs de séries japonaises. Cette fois, le téléchargement a fonctionné: 2€30 pour un épisode de 23 minutes. Ça me parait cher, mais au moins la qualité est bonne et les sous-titres cleans. Je regarderai jamais ce truc mais c’est cool. Next.

 3 – LARDUX (http://www.lardux.com/)

C’est quoi ? 

Lardux.com est le site d’une boite de prod qui met ses réalisations en visionnage libre. (Comme un million de boîte de prods, nan ?) Visiblement leur créneau, c’est le “court métrage déjanté.” Wokay.

Le test

Je trouve la présence de ce site moyen justifié dans la liste. D’abord on ne parle ici que de visionnage, aucun téléchargement et ensuite, le catalogue proposé sera par définition seulement celui de la boîte de prod. On me parait plus proche du site vitrine d’un réal que d’une alternative au téléchargement illégal du dernier Mad Men. M’enfin, je décide de tester malgré tout.

Sauf que je ne peux pas tester. Le player ne s’affiche pas, quel que soit le navigateur.

CAPTURE LARDUX.COM: PAS DE PLAYER

Bon. Visiblement, le site a connu quelques problèmes :

MERCI BRUNO !!!

Eh beh, on est pas passés loin de la cata, hein. Je laisse un message sur leur page Facebook et je me casse.

Conclusion

Le player est visiblement victime d’un problème technique, ça peut arriver. Mais le site paraissant complètement amateur, le souci ne semble pas près d’être réparé. En fouillant, je découvre que de toute façon je n’aurais pu voir que des bouts de films…

UNE PROMESSE QUI ENVOIE DU PÂTÉ

« Qu’est-ce que ce site fout dans cette putain de liste ? » notai-je alors légèrement décontenancée mais bien décidée à poursuivre mon investigation de folie.

4- PEOPLE FOR CINEMA (http://www.peopleforcinema.com/) 

C’est quoi ?

People for cinema est un site de financement participatif pour la distribution de films. Je… hein, mais qu’est ce que ça fout là?

Le test

En accédant au site, j’apprends que People for Cinema a rejoint Ulule (Une des plus célèbres plateformes de financement participatif). Oké. Donc on est bien sur un site de crowdfunding(Si tu sais pas, ça veut dire un site où les internautes peuvent co-financer un film en mettant 20 boules chacun en échange d’un truc extra tel que leur nom au générique.)

Rien à télécharger, donc, par ici, et rien à voir avec notre bazar.

Pourtant, il existe bien une autre rubrique sur Pur.fr dédiée au crowdfunding. Mais je vérifie 3 fois, j’ai pas coché cette case, (bande de nases.)

CAPTURE PUR.FR

Voilà voilà.

Conclusion.

Un site de crowdfunding uniquement qui n’a rien a faire là. Je commence à me demander si Madame Hadopi se fout pas un poil de notre margoulette, mais je ne perds pas espoir.

“Ne perdons pas espoir” me dis-je d’ailleurs car j’aime bien me parler comme si on était plusieurs.

5 -MEGAVOD ( http://www.megavod.fr/)

C’est quoi ?

Ouf. Megavod promet “Plus de 1800 films disponibles en téléchargement”. A priori, ni séries japonaises, ni crowfunding ici. J’ai l’impression d’avoir déterré un trésor et je sautille sur mon fauteuil. Pas pour longtemps.

Le test

Bon. Il n’y a donc que des films, toujours pas de séries mais c’est déjà ça.

Au premier abord, le site parait pas mal, quoique les films mis en avant aient une fâcheuse tendance à faire péter de la culotte et du boobs. Mais je ne vais pas m’arrêter à ça.

FAITES CONFIANCE À HADOPI POUR ÉDUQUER VOS ENFANTS. [LA PAGE D’ACCUEIL DE MEGAVOD]

Le truc, c’est qu’hormis cette page d’accueil, la seule liste de films à laquelle on a accès  est une liste fort moche classée par ordre… aléatoire ? Pas de classement par thème, ni alphabétique, c’est total freestyle et ça commence à vraiment faire très cheap.

QUEL BEAU CATALOGUE. [MEGAVOD.FR]

Bon, je décide d’acheter le film Nine, parce que je suis contente de voir que le film est proposé de façon claire en VF ou VOST. On me demande mon email, qui devrait visiblement servir à commencer l’acquisition d’un “Pass hebdo”  à 5 euros. Ok, pourquoi pas.

 Sauf qu’en rentrant mon mail, j’ai un message d’erreur qui tourne en boucle et j’ai beau chercher partout sur le site, impossible de trouver une page d’inscription/d’achat. Rien ne fonctionne. En toute bonne foi, je ne comprends RIEN à ce site. Je décide d’appeler le SAV

OUPS

 

Après 7 minutes d’attente surtaxée depuis mon mobile (je veux même pas savoir combien ça m’a coûté, je compte bien envoyer ma note à Bernard de la Villardière de toute façon), j’obtiens un conseiller au téléphone.

Je vous colle  ma conversation enregistrée pour me la jouer “On a testé pour vous en caméra caché en floutant les visages” mais elle est assez inutile, vous verrez qu’on entend pas grand chose, sauf moi très fort. Sachez néanmoins qu’hasard ou technique, j’entendais moi-même trèèèès mal le monsieur.

Grosso modo, je lui demande tout simplement comment louer un film, ce à quoi il me demande quel est mon FAI (Fournisseur d’Accès à Internet). Or voilà, mon FAI  c’est Numéricable, et il me dit qu’avec Numéricable, ça marche pas. C’est pour ça que mon email ne fonctionnait pas. (Ah, c’est dommage que le message d’erreur ne spécifie pas directement  ça non, ça m’aurait évité un coup de fil payant ?). Du coup je bredouille que je vais passer chez Free et demande comment ça va marcher. En fait c’est un abonnement de 5 euros par semaine qui donne droit au téléchargement d’un film par semaine. Ça passe visiblement par le FAI  qui le  facture sur votre abonnement tv. Il me dit que pour résilier, il faudra contacter le FAI ou rappeler et obtenir une adresse mail de facturation à ce moment là…mwoké. On est d’accord que ça pue le poisson pourri ?

ÇA SENT PAS TRÈS TRÈS BON.

Conclusion

Je n’ai pas pu tester le téléchargement.

Megavod.fr me parait au mieux fournir un abonnement avec un catalogue bas de gamme et dont la résiliation promet d’être une tannée, et au pire une arnaque totale.

D’ailleurs, quand on cherche “Megavod”dans Google, voilà ce que ça donne…

TIENS, TIENS

“Ben alors, ils ont pas l’internet chez Hadopi ?” me dis-je en commençant à trouver tout ceci légèrement abusé comme on dit.

6 – EUROPA FILMS TREASURES (http://www.europafilmtreasures.fr/)

C’est quoi ?

Selon Pur.fr “‘Europa Films Treasures propose en streaming un large choix de films de patrimoine.” De vieux films, donc. Bon. C’est toujours pas une alternative au téléchargement du dernier Game of Thrones, mais c’est bien aussi que ça existe. 

Le test

Je clique sur le lien et tombe sur un site mort. Ils ont pas payé leur hébergement ou quoi ?

AH, ZUT.

Je me dis que le lien doit être mauvais, ou a changé,  je repasse par google, retombe sur le site : c’était bien ça, et le site est toujours mort. Je trouve la page facebook d’Europa Films Treasure. Là s’amoncellent des messages se plaignant de la disparition du site, depuis plusieurs semaines. 

 

LA PAGE FACEBOOK D’EUROPA FILMS TREASURES

 

Conclusion

Bon, bon bon, bon, bon. Au suivant.

“Pffffff”, me dis-je alors, parce que bon.

7 – ALLOCLIPS (http://www.alloclips.com/)

C’est quoi ?

Pur.fr me promet “une plateforme de lecture en continu (« streaming ») sur laquelle on visionne gratuitement des clips et vidéos”. Ouais. Bon, ça va être du visionnage de clips quoi. On n’est pas vraiment dans le téléchargement, là, pépère. 

Le test

Au passage, sur Pur.fr, la page Alloclips ne présente aucun lien vers le site. C’est pas que ce soit très compliqué pour moi de taper directement  alloclips.com dans google, mais je sais pas, ça vous aurait pas coûté plus cher de mettre un lien, les gars. Pis ça évite toujours de se retrouver sur un fake site qui ressemble au vrai à une lettre près et s’avère être un nid à merde, nan ? M’enfin, j’en suis plus là. 

Bon, donc, je tombe donc sur Alloclips.com qui n’est autre que la plateforme de clips d’Universal sur laquelle je peux regarder le dernier clip de Mariah Carey moyennant le visionnage d’une pub en préroll. Woké. Ça fonctionne. 

Conclusion

Bah conclusion, c’est pas vraiment ce que je cherche quand je me mets en quête d’une “plateforme de téléchargement légal”.

Après, j’imagine qu’au sens très large, ça rentre dans cette catégorie. Le site est propre et fonctionne, même si je peux pas m’empêcher d’imaginer Pascal Nègre se frottant les mains à chaque fois que je me bouffe une pub sur son site, ce qui gâche un peu le plaisir, si tant est qu’il y en eût. 

“Et franchement, il n’y en n’eût pas” ajoutai-je pour moi-même.

8 – Arte VOD (http://boutique.arte.tv/homepage.html)

C’est quoi ?

Hourrah, enfin un truc que je sais qu’il est bien pour l‘avoir déjà utilisé. C’est le site de VOD d’Arte (A ne pas confondre avec Arte+7, son site de replay gratuit)  qui propose des vidéos payantes à la demande. Des films, beaucoup de docus, quelques séries diffusées sur Arte.

Le test

Les gars, c’est pas pour vous faire chier, mais sur Pur.fr vous renvoyez vers un lien pété. j’ai du bidouiller l’url pour retrouver la home, rien d’insurmontable mais sérieux faites un effort.

ÇA FAIT PAS SÉRIEUX.

A part ça, je vous la fais rapide : j’ai acheté un docu pour 2€99, payé via paypal, et suivi le processus de téléchargement très bien expliqué. J’ai lancé le visionnage : nickel. Un player est téléchargeable si besoin pour mater ton truc plus tard dans le train sans le net. Bref, je peux envoyer ma maman dessus les yeux fermés, et ça, c’est cool. (Surtout qu’Arte a probablement pas une fanbase trèèèèèès “digital native”, c’est donc encore + nécessaire d’avoir un site vraiment très clair)

Conclusion

Eh bah putain ça fait du bien. Le site est ergonomique et fonctionne, 3 euros pour un docu ça me parait honnête.

Après, le contenu, ça reste du Arte. Du coup, en ce qui concerne mon épisode de Game of Thrones, on y est toujours pas, mais alors pas du tout.

9 – CARLOTTA VOD (http://www.carlottavod.com/)

C’est quoi ?

Une plateforme de visionnage de “cinéma dit de patrimoine”. Encore des vieux films, donc.

Le test

Le site marche plutôt pas trop mal, j’arrive à louer pour 50 centimes “Aladin et la lampe merveilleuse” de Lotte Reiniger, un film en ombres chinoises de 1926 sans sous-titrage. 

Bon, le player n’apparaît pas sous Chrome, et je dois passer sous Firefox pour qu’il fonctionne. C’est con, parce que tu vois, mon grand-père qui est la seule personne que je connaisse susceptible de vouloir regarder ce film qui a le même âge que lui, si je lui suggère de changer de navigateur, c’est environ aussi clair pour lui que si je lui disais de réparer les roues de la soucoupe volante. MAYBON.

DE TOUTE ÉVIDENCE, CECI N’EST TOUJOURS PAS LE DERNIER ÉPISODE DE GAME OF THRONES

Mon film se lance. Je ne vous cache pas qu’il ne m’a pas exactement passionnée.

 Conclusion

Ça marche bien, excepté le player sur Google Chrome pour Mac.

Sauf que voilà… j’ai retrouvé exactement le même film dispo sur Dailymotion. Piratage ? Non. Mise en ligne par un établissement public de promotion du patrimoine cinématographique, le British Film Institute. Gratos.

J’en conclus que j’ai payé 50 centimes pour voir un film que j’aurais pu voir légalement et gratuitement. C’est pas que ça soit une fortune, mais j’aime pas trop qu’on se foute de ma gueule, en fait.

 

“Et hop, 50 cents dans mes grosses fesses” me dis-je en ricanant avant de continuer.

10. IMINEO (http://www.imineo.com/)

C’est quoi ?

Selon pur.fr “une plateforme française de téléchargement de vidéos en ligne” 

Le test

Le site est propre, clair, et propose des films vraiment récents. Seule déception, mais de taille: coté séries, quasi que des séries françaises, et pis des qui envoient du rêve…

TU CONNAIS QUELQU’UN QUI S’EST DÉJÀ DIT “CHOUETTE, LA SAISON 5 DE COEUR OCÉAN!” ? 

J’achète deux épisodes d’une série française à la qualité douteuse, mais à 1 euro les deux épisodes, j’ai malgré tout envie de dire : quelle affaire.

L’ÉQUIVALENT 2.0 DU BAC « PROMO DVD » D’AUCHAN.

Sur mac, le téléchargement ne fonctionne pas, seul le streaming est dispo, mais ça a le mérite d’être clairement précisé avant l’achat, c’est cool.  Comme prévu, la série est übermerdique, mais la qualité de la vidéo est bonne, l’achat et le visionnage se passent parfaitement bien.

 Conclusion :

Comptez 5 euros pour 48h de visionnage d’un film en streaming. (Sachez si vous avez pas l’habitude que c’est environ ça les prix du marché)

Coté catalogue, vous pouvez vous fourrer les séries américaines où je pense. Vraiment dommage, parce que le site est bien gôlé et clean, ce qui n’a tellement pas été le cas jusqu’ici qu’on roulerait presque un patin aux developpeurs d’Imineo juste pour avoir fait un site qui fonctionne. C’est fou, hein.

 “Eh oui, c’est fou”, me répondis-je alors à moi-même.

11. INA.fr (http://www.ina.fr/)

C’est quoi ?

“Ina.fr est la plateforme internet de l’Institut National de l’Audiovisuel”. En gros, l’INA c’est les archives de la télé.

Le test

Je connaissais déjà le site de l’Ina qui est hyper bien foutu. Vidéos par thèmes, par personnalité… c’est vraiment une mine d’or. Après, encore une fois, c’est pas du tout là que tu vas trouver la dernière saison de Breaking Bad. (Ou alors tu me dis, hein)

En revanche, si j‘y avais déjà visionné des vidéos, je n’avais jamais acheté un truc à downloader.

J’achète donc confiante une parodie de pub en téléchargement. Le paiement se passe nickel. Rapidement, le moulinet “ en préparation” tourne, tourne, tourne… et, tourne. Mais ma vidéo reste intéléchargeable. Je suis tristesse.

 

PLOUF PLOUF 

J’envoie un mail au sav et finis par abandonner. Snif. 

Conclusion

Le site reste excellent pour patouiller dans les archives de la télé. Mais visiblement, côté téléchargement, c’est moins ça…

“C’est le moins qu’on puisse dire”, notai-je amèrement.

12. MOVIESANGEL (http://www.movies-angels.com)

C’est quoi ?

Selon pur.fr  “Movies Angels est un site de financement participatif”. Again, ça n’a donc juste rien à foutre là.

Le test

Je vais checker par acquis de conscience.  Movies Angels est bien un site de financement participatif, et seulement ça. Au revoir Movies Angels.

Conclusion

Ffffffffff.

 13. OFF TV (http://www.off.tv/)

C’est quoi ?

Selon Pur.fr  “la chaîne musicale d’Universal. Elle diffuse des programmes courts autour de la vie musicale”. Bon, je vais pas m’énerver, là, mais on avait pas dit “sites de téléchargement” ? 

Le test

Sur le site, j’accède au visionnage d’une vidéo d’Emmanuel Moire à la rencontre de ses fans. Bien que ça me ravisse -du verbe ravir qu’on utilise trop peu- je constate qu’on est sur une webtélé, quoi. A nouveau, je ne sais pas si ce genre de truc peut faire techniquement partie de ce qu’on appelle une “plateforme de téléchargement légal” . Ce dont je mettrais ma main au feu en revanche, c’est que ce n’est pas mais alors pas du tout ça qu’on cherche, moi et 99,9% des internautes qui, dans un élan de sagesse, tentent un jour de payer légalement leur épisode de Dexter.

MÊME EN PLISSANT BEAUCOUP LES YEUX, EMMANUEL MOIRE NE RESSEMBLE PAS TROP TROP À MICHAEL C. HALL

 Conclusion

Eh bah c’est une web tv Universal, quoi. Et la vision de la tête de Pascal Nègre ne veut toujours pas se barrer.

“Pars, Pascal ! Va-t-en ! Suis la lumière !” murmure-je alors tout en me demandant si je ne commence pas à péter les plombs.

14. STARZIK (starzik.com) 

C’est quoi ?

Selon pur.fr  “Une offre complète de téléchargement des produits culturels : musique, livre, BD, jeux et logiciel.” Bon, nous on avait demandé des sites de téléchargement de vidéos… et là côté vidéo, visiblement, ça risque de se limiter à des clips.

Le test

Et en effet, c’est surtout un site de download de livres et musique. Coté vidéo, j’ai beau chercher dans tous les sens, je n’accède pour tout catalogue qu’à un “top des clips”, où 11 clips qui se battent en duel sont téléchargeables pour la modique somme de 2€49 chacun. J’avoue que l’intérêt de télécharger des clips me dépasse un peu.

Mais bon. Pleine d’abnégation, je décide donc d’acquérir une vidéo parmi cet étourdissant catalogue de 11 clips…

Mon choix se porte sur Jean-Jacques Goldman : “Juste après”. Un clip de 1993.En même temps, j’avais le choix entre ça, Yannick Noah, Psy et Emmanuel Moire, donc bon, ne me jugez pas.

Le téléchargement fonctionne bien. Voilà. Je dispose donc dorénavant du clip de Goldman sur mon ordi, si ça intéresse quelqu’un. Ça intéresse quelqu’un ?

JEAN-JAAAAAAAAAACQUES !

Conclusion

Techniquement, le téléchargement a fonctionné, mais coté catalogue vidéo… Oubliez les films et les séries : seul le formidable top 11 des clips Starzik s’offre à vous.

Si avec ça vous continuez à télécharger illégalement la dernière saison de Californication, franchement, je vous comprends plus. 

“Hinhinhinhinhin” ajoutai-je alors mentalement.

15. TOUSCOPROD (http://www.touscoprod.com/)

C’est quoi ?

Un 3e site de crowdfunding.

Le test

Non.

Conclusion

You’re fouting of my gueule ?

16. VIDEO À VOLONTÉ (http://www.videoavolonte.com/) 

C’est quoi ?

A priori un site qui “propose à la location un large choix de programmes audiovisuels […] à visionner en « streaming »”. Bon, ça me parait bien. 

Le test 

Coté séries, surtout des françaises, ou des américaines inconnues au bataillon.

Coté films, ça a l’air assez fourni et à jour. Comptez 5 euros pour un film récent. Je décide d’acheter Shameless VOST S01E01 pour 1,99€, une des rares séries US dont le nom me dit quelque chose, et je lance le visionnage. (Ici, pas de téléchargement, que du streaming.)

Sauf ma vidéo s’avère être en… VF. ARGH.

Je regarde si je me suis plantée à l’achat, je refais le chemin à l’envers, je vois bien écris VOST, je bugue…. et je finis par comprendre. 

Voyez-vous, le carré bleu pétant marqué VOST, ne sous-entendait pas “Vidéo en vost” mais “Cliquez ici pour acquérir cet épisode plutôt en vost en vous rendant sur une autre page”.

CHER JOURNAL, JE COMMENCE À AVOIR ENVIE DE MANGER MES CHEVEUX

En regardant bien, il est écrit “fr” dans le résumé de ma vidéo. Je me pose une question, c’est SI compliqué de faire un truc clair ? Ou c’est moi ?

Conclusion

Un choix de série tout pourri avec belle embrouille sur la VOST à la clef. Après, côté film, ça  a l’air correct. Uniquement du streaming.

17. VIRGINMEGA  (virginmega.fr)

C’est quoi ?

Le site de VOD de Virgin. Autrement dit, ça doit être assez balèze. Probablement un des plus gros sites de vod français.

Le test

Coté  film, 5 euros pour une loc de 48heures, et 15 euros pour un achat définitif. Ça me parait  pas donné de payer 15 euros un film alors qu’il y a même pas de support à graver, de vendeur à payer, de magasin à louer… mais passons. 

Je décide de vraiment tester les séries, en me disant qu’au moins sur le site de Virgin, je risque d’être servie niveau catalogue. Eh ben mon cochon, quelle ne fut pas ma déception.

33 séries sont disponibles. C’est déjà ça, mais c’est pas non plus extraordinaire. Surtout qu’on compte quelques joyeuses merdouilles du type Samantha Oups. Passons.

Examinons plutôt parmi ce catalogue 3 séries de qualité correcte, connues et largement récompensées aux US :The Mentalist, Nip/Tuck et Friends. 

  • The Mentalist : Alors que la diffusion de la saison 5 vient de se terminer à la tv américaine, seule la saison 1 est disponible sur VirginMega. Non mais prenez votre temps les gars, c’est pas grave. Quatre ans de décalage avec les US, j’imagine que c’est le temps de faire voyager les épisodes en caravelle ?

  •  Nip/Tuck : La 6e et ultime saison de Nip/Tuck a été diffusée en 2010 aux USA. Pendant ce temps-là, la saison 1, et uniquement la saison 1 est dispo sur VirginMega. Ils ont pas du trop kiffer, qu’est ce que vous voulez.
  • Friends: Alors qu’il est difficile d’ignorer que la série s’est terminée il y a bien longtemps (diffusion de la 10e et ultime saison en 2004), on note qu’un effort a été fait chez Virgin. Cette fois, la saison 1 ET la saison 10 sont dispos. Ah non, entre les deux, rien. Mais remarquez, ils ont raison, cette petite série n’a pas beaucoup fait parler. Sachez simplement qu’entre la saison 1 et la 10, en gros ils boivent des cafés et Rachel et Ross ÉTAIENT séparés.

Il me semble que ces exemples représentent parfaitement le problème qu’on rencontre dès qu’on arrive enfin à dégotter un site qui propose légalement des séries : c’est simplement n’importe quoi.

Ah, et j’ai voulu télécharger The mentalist S01E01. Impossible de savoir si ça allait être de la VF ou de la VOST. Mais IMPOSSIBLE. Du coup, je me lance quand même. Une pop-up m’informe que mon épisode ne sera pas lisible sur mon Mac, mais seulement sur un PC à cause du format WMV. Bon, bah je vais aller m’acheter un PC, alors. 

CAPTURE – THE MENTALIST

Conclusion :

Pas de visionnage possible  sur mac en effet, même avec VLC. Du coup, j’ai lancé la fameuse vidéo sur PC. C’était de la VFVDM.

“Fiouuuu. Heureusement qu’on en en voit presque le bout” soupire-je alors et vous aussi.

18. VODÉO (http://www.vodeo.tv/)

C’est quoi ?

Un site qui “propose d’acheter en téléchargement ou de visionner en streaming (lecture en continu) plus de 5000 reportages et documentaires”

Le test

Je connais déjà Vodéo pour m’y être abonnée sur TV. Je sais que c’est bien, pas parfait mais il y a des bons docus.

Sur le site, on peut choisir entre louer en streaming 48h, louer en streaming illimité ou acheter un pass  illimité. Je trouve cette multitude de choix intelligente, et je loue un doc pour 48h pour 1€49 qui se lance parfaitement en visionnage

Conclusion

Vodeo fonctionne très bien. En revanche, attention, c’est exclusivement du documentaire/reportage.

Je commence à avoir légèrement envie de tuer pour un épisode d’Homeland en vost. 

“Et d’ailleurs, ça reprend pas bientôt, Homeland ?” se demanda-t-elle alors car switcher au passé simple de façon impromptue tout en parlant d’elle à la 3e personne était l’une de ses passions.

19. VOD mania (http://www.vodmania.com/)

C’est quoi ?

“Une plateforme de vidéo à la demande consacrée exclusivement aux courts-métrages.” Ah, chouette, des courts-métrages… 

Le test

L’idée de mater un court-métrage conceptuel à la place d’un épisode de Modern Family m’enchante autant que celle d’avaler cul-sec une boutelle d’huile d’olive à la place d’un Menu Chirashi mais allons-y. Ce test est ma croix, mon supplice, ma damnation. Je ferme mon dictionnaire des synonymes et décide d’acquérir le court-métrage ci-dessous :

AVOUEZ QUE ÇA FAIT RÊVER, HEIN.

Le système de paiement se fait par SMS. Là, j’avoue, je craque. L’idée de payer par téléphone et recevoir pendant 5 ans des messages de Luna-du-77-qui-cherche-des-rencontres-coquines-près-de-chez-vous ou du Rappelez-vite-le-925-25-mes-couilles-pour-récupérer-votre-gain m’épuise d’avance.

Je découvre qu’en créant un compte, on peut alternativement payer en achetant des “tickets”. Sauf que le paiement minimum est de 10 euros pour 2 tickets, et que là… payer 10 euros pour voir un court-métrage sur un extra-terrestre… 

Je me résous donc finalement à payer via un SMS à 3 euros.

Je reçois alors immédiatement un code que je rentre, le paiement a l’air d’avoir fonctionné. Je suis même ravie de constater que la page affiche un choix de langue de lecture. Bon, en vrai il n’y a pas de choix sur ce film, mais l’idée d’avoir pensé à un système clair de  choix VO/VF me fait PLAISIR.

CHOUETTTTTTTEE UN CHOIX DE VO/VF. BON, SAUF, LÀ.

Plaisir de courte durée. Immédiatement après mon choix, le player affiche un message d’erreur et refuse de se mettre en marche. Je tente Firefox : même problème. Impossible de lancer cette putain de vidéo d’extra-terrestre. J’envoie un mail au SAV. Le dépit est total, mais  à vrai dire j’ai depuis longtemps cessé d’être surprise. Je n’ai même plus de colère en moi, je crois que j’atteins un stade du zen bouddhiste ou un truc comme ça.

FAIL. 

Conclusion

Je viens de payer 3 euros pour zéro film et 5 ans de messages de Luna-du-77. 

“La vie est une pute.“ grommele-je alors car je suis vulgaire quand je me parle.

 20. ZAOZA (http://www.zaoza.fr/)

Le dernier, putain,c’est le DERNIER ! J’ai mon code de CB qui me flotte devant les yeux, mais je planterai mon drapeau au sommet de cet édifice. 

C’est quoi ?

Selon Pur.fr, “une plateforme de téléchargement qui donne accès à des séries TV, des jeux, des films ainsi que de la musique. Le site donne accès à plus de 70 films et séries, 2000 albums, 1 500 titres musicaux et plus de 2500 jeux vidéo.”

Ehbé. Oké. Sounds like what i’m looking for.

Le test

Déjà, y’a pas à dire, sur Zaoza.fr on est rudement bien accueillis :

OUH QUE ÇA FAIT ENVIE [PAGE D’ACCUEIL DE ZAOZA]

Là, si tu n’as pas déjà pris peur, tu découvres en essayant de te connecter qu’il faut exclusivement passer par ton mobile pour y accéder. Déjà, c’est pas du tout spécifié sur Pur.fr cette histoire, mais bon. Je m’y rends donc depuis mon iPhone. 

Pour accéder au service, on me demande mon numéro de portable. Impossible d’esquiver car je dois recevoir le code de confirmation par SMS pour continuer.  Bon. Mon compte créé, j’accède sur mon mobile à une sorte de petit catalogue, avec quelques clips, quelques images sexy, quelques morceaux, tout ça à télécharger… Je ne vois pas de séries.

Le site mobile propose de regarder un extrait de clip, mais j’obtiens un message d’erreur quand j’accepte. Je tente alors d’acheter un pass mais j’obtiens également un message d’erreur. OKAY.

De guerre lasse, je tente alors de supprimer mon compte. Je n’ai rien payé jusqu’ici mais je préfère ne pas les laisser en possession de mon numéro de mobile. 

Je clique donc sur ”désabonnement” . Là, un message me dit que je ne peux pas accéder au désabonnement parce que je suis connectée en Wifi et que je dois impérativement y accéder en 3G. Sauf que voilà, comme le montre la capture d’écran, je SUIS en 3G. Je vérifie : mon wifi est bien coupé. Je réeessaye. Le même message s’affiche. Je résiste à l’envie d’éclater mon téléphone sur mon écran d’ordi dans la mesure où tout ça m’a déjà coûté bien trop cher pour une enquête même pas remboursée par la sécu ou Bernard de la Villardière.

POUM POUM POUM

Conclusion

Impossible de télécharger quoi que ce soit. Et une partie de moi passera le restant de sa vie à se demander si je ne me suis pas abonnée à vie à un truc payant sur ce site pourri sans m’en rendre compte. Brrr.

http://www.klaire.fr/2013/06/10/ivre-hadopi-adopte-le-label-pur-foutage-de-gueule/
2

Vous voulez voir un héro? il ne s’appelle pas Superman ou Spider-man mais Edward Snowden: ( dénonciateur derrière révélations surveillance abusive des USA!

-

Vous en avez marre de ne voir des héros qu’à la TV? vous voulez en voir un vrai?

il ne s’appelle pas Superman, Batman ou spider-man mais Edward Snowden: il s’agit du dénonciateur qui se cache derrière les révélations de documents top secrets concernant la surveillance abusive de la NSA NSA(usa) qui dispose d’ un accès illimité à tous les messages, traces que nous laissons sur facebook, google…et d’autres grandes sociétés américaines.

L’homme de 29 ans, ancien employé de la CIA, explique ses motivations, son avenir incertain et pourquoi il n’a jamais voulu se cacher dans l’ombre.

The Guardian, après plusieurs jours d’entretiens, vient de révéler son identité à sa demande.

« Je n’ai aucune intention de me cacher parce-que je sais que je n’ai rien fait de mal »

Snowden restera dans l’histoire comme l’un des dénonciateurs dont les révélations sont les lourde de conséquence concernant l’Amérique, aux côtés de Daniel Ellsberg et Bradley Manning.

Dans une note accompagnant le premier document qu’il a fourni, il écrivait: «Je sais que je vais souffrir pour mes actes», mais «je serai satisfait si les lois secrètes qui gouvernent notre monde que j’aime sont révélées, même pour un instant.  »

Edward espère que la révélation de son identité ne détournera pas l’attention sur les faits de ses révélations. «Je veux vraiment que l’accent soit mis sur ces documents et j’espère qu’un débat sera déclenché chez les citoyens du monde entier afin de décider dans quel genre de monde nous voulons vivre»

« Ma seule motivation est d’informer le public sur ce qui est fait en leur nom et ce qui est fait contre eux. »

Auparavant, il avait une vie très confortable avec un salaire d’environ 200.000 dollars annuels, une petite amie avec qui il partageait une maison à Hawaii, une carrière stable et une famille qu’il aime.

« Je suis prêt à sacrifier tout cela parce-que je ne peux, en mon âme et conscience, laisser le gouvernement américain détruire la vie privée, la liberté d’Internet et les libertés essentielles pour les gens tout autour du monde avec ce système énorme de surveillance qu’il est en train de bâtir secrètement », explique-t-il.

«Je n’ai pas peur, parce-que c’est le choix que j’ai fait »

Il y a trois semaines, Snowden a fait les derniers préparatifs en copiant la dernière série de documents qu’il avait l’intention de divulguer.

Il a ensuite informé son superviseur du NSA qu’il avait besoin de s’absenter du travail pour «quelques semaines» afin de recevoir un traitement pour une maladie dont il souffre depuis l’an dernier (l’épilepsie)

Le 20 mai, il embarqua sur un vol à destination de Hong Kong, où il est resté depuis. Il a choisi la ville parce-que « ils ont un engagement fougueux envers la liberté d’expression et le droit à la dissidence politique», et parce qu’il croyait que c’était l’un des rares endroits dans le monde qui pourrait et devrait résister aux diktats du gouvernement américain.

Durant les trois semaines qui ont suivi son arrivée, il a été installé dans une chambre d’hôtel. «J’ai quitté ma chambre peut-être un total de trois fois pendant tout mon séjour», a-t-il dit.

Il est profondément inquiet d’être espionné et cache son ordinateur portable lors de la saisie des mots de passe pour éviter de pouvoir être visible par des caméras cachées.

Même si cela peut ressembler à une certaine paranoïa, Snowden a une bonne raison de ces craintes. Il a travaillé dans le monde du renseignement américain pendant presque une décennie. Il sait que le plus grand et le plus secret des organismes de surveillance en Amérique, la NSA, avec le gouvernement le plus puissant de la planète, est à sa recherche.

Il ne sait que trop bien qu’avec la technologie sophistiquée à leur disposition, il sera facile pour eux de le retrouver.

« La seule chose que je crains, ce sont les effets néfastes sur ma famille, que je ne serai pas en mesure d’aider . C’est ce qui me tient éveillé la nuit,» dit-il, les yeux gonflés de larmes.

Snowden explique qu’il admire Ellsberg et Manning, mais il soutient qu’il y a une distinction importante entre lui et l’armée privée.

« J’ai soigneusement évalué chaque document que j’ai divulgué afin de m’assurer que chacun était légitimement dévoilé dans l’intérêt public», a-t-il dit. « Il y a toutes sortes de documents qui auraient fait un grand impact que je n’ai pas dévoilé, parce-que cela porterait atteinte à des personnes et ce n’est pas mon objectif. »

Il a délibérément choisi, dit-il, de remettre les documents aux journalistes dont le jugement lui fait confiance sur ce qui devrait être rendu public et ce qui doit rester caché.

Quant à son avenir, il est vague. Il espère que la publicité des fuites générées à son égard lui offriront une certaine protection.

Il considère que son meilleur espoir est la possibilité de l’asile, avec l’Islande – ayant une réputation de champion de la liberté sur Internet

« je me sens satisfait car tout cela en vaut la peine. Je n’ai aucun regret. » conclut-il

http://www.guardian.co.uk/world/2013/jun/09/edward-snowden-nsa-whistleblower-surveillance

0

Le régulateur australien bloque 250 000 sites Internet par erreur!

-

L’Australian Security and Investments Commission a concédé un accident après avoir bloqué 250 000 sites alors qu’un seul était visé. Ce n’est pas une première pour l’ASIC dont beaucoup estiment qu’elle jouit de compétences trop larges.

Bon plan internet - clavier

Faire d’une pierre 250 000 coups, c’est un peu ce que vient de réussir l’ASIC (Australian Security and Investments Commission) en surbloquant  250 000 sites Internet à tort, alors qu’un seul était initialement visé.

 Un « accident » selon l’ASIC, qui s’est déroulé dans le cadre de la lutte qu’elle mène contre les sites Internet frauduleux. 

Dans un communiqué, l’ASIC reconnaît que dans 99,6% des cas, les sites bloqués s’avéraient être des sites parking. Il s’agirait plutôt de sites Internet montés dans une optique de revente de noms de domaine. L’ASIC tient donc à rassurer en affirmant que moins de 1 000 sites actifs ont été injustement impactés. Une façon de voir les choses, qui déplaira sans doute aux propriétaires des 249 000 autres sites.

Dans un communiqué, l’Electronic Frontier Australia, une antenne de l’ONG internationale défendant la liberté d’expression sur Internet, rappelle qu’a priori, l’action menée par l’ASIC est louable. Le problème viendrait plutôt du dispositif légal et des moyens techniques mis en oeuvre pour les blocages. Les risques de voir bloqués des sites tout à fait légitimes s’avérant trop élevés en optant par un blocage par IP.

L’ONG invite en ce sens le régulateur à ne plus avoir recours à la loi sur les télécommunications avant d’avoir correctement intégré les rudiments de l’adressage Internet.

La suite sur Clubic.com : Le régulateur australien bloque 250 000 sites Internet d’un coup http://www.clubic.com/internet/actualite-563888-surblocage-australie-asic.html#ixzz2Vczp0j9I 
Informatique et high tech 

1

Accusé faussement de vie maritale par le MESS

-

Accusés d’être en couple

Des prestataires de l’aide sociale au Québec se retrouvent parfois avec un conjoint contre leur gré et doivent rembourser d’énorme somme d’argent au Gouvernement.

Voir ce site;    https://sites.google.com/site/messviemaritale/

Même des juges du Tribunal administratif du Québec demande des changements mais sont complètement ignoré du Gouvernement du Québec.

27

#Anonymous : Le Hacker qui a dénoncé 2 personnes impliquées dans une affaire de viol pourrait passer plus de temps derrière les barreaux que les violeurs!

-

 

Deric Lostutter alias KYAnonymous (Crédit: Mother Jones)

L’affaire du viol de Steubenville (Ohio, USA), dans laquelle deux joueurs de football de lycée ont été reconnus coupables d’avoir agressé sexuellement une jeune fille lors d’une fête, a contribué à déclencher un débat national sur le consentement mutuel, l’accusation de la victime , et la culture du viol . 

 
L’affaire a attiré l’attention nationale après que le groupe « hacktivistes » Anonymous ait fuité des preuves significatives dans les médias sociaux impliquant les assaillants – dont des tweets, des photos Instagram, et une vidéo de 12 minutes de lycéens de Steubenville plaisantant au sujet du viol. 
 
Mais il s’avère que d’exposer ces violeurs pourrait conduire un pirate d’Anonymous a passer plus de temps en prison que les violeurs.
Comme le rapporte le Mother Jones, Deric, 26 ans -connu sous le pseudo « KYAnonymous » tout au long de son rôle dans l’affaire de viol Steubenville – pourrait encourir jusqu’à 10 ans de prison s’il est reconnu coupable de crimes de piratage. 
 
Le FBI a perquisitionné sa maison en Avril. 
Selon Kyanonymous le message était clair: Vous n’auriez pas dû vous en mêler.
« Ils veulent faire de moi un exemple, en disant: « Putain, ne nous cherchez pas. Ne remettez pas en question notre travail, »  » 
 
Dans cette affaire, de nombreux leaders de la communauté – comme l’entraîneur de football américain du lycée – ont joué un rôle dans la dissimulation des crimes des violeurs parce que c’était plus facile que perturber le statu quo.
Les deux adolescents qui ont été reconnus coupables de viol,et risquent jusqu’à deux ans dans un centre de détention pour mineurs. 
Parce qu’ils sont tous les deux mineurs, aucun d’eux ne passera autant de temps derrière les barreaux que ce que risque potentiellement Deric.
 
Deric se prépare à une bataille juridique coûteuse et recherche des dons extérieurs pour l’aider à la financer.
Le site sollicitant des dons, pointe que ”Deric a eu le courage de faire face contre un viol. » Et il dit aussi qu’il le ferait à nouveau si c’était à refaire en dépit des conséquences et risques potentiels.
Anonymous continue de s’impliquer dans la dénonciation des crimes sexuels.
 
 Après le harcèlement intense porté contre une adolescente canadienne après son viol collectif présumé, qui l’a amenée à prendre sa propre vie , Anonymous est intervenu pour demander justice , affirmant que leurs hackers avaient pu rapidement identifier les assaillants.
 
Traduit par Vance Lamericain
 
0

#Hadopi : « un accident de parcours » selon Jean-Michel Jarre

-

Jean-Michel Jarre,  vient d’être élu président de la CISAC qui réunit à l’international 232 sociétés d’auteur dont laSACEM, la SACD ou la SCAM soit un important lobby international du droit d’auteur.

jarre CC BY-SA 3.0

Crédits : Daniele Dalledonne – CC BY-SA 3.0

 

S’agissant de la loi « Création et Internet » justement, le musicien estime qu’ « Hadopi est d’une certaine manière un accident de parcours. Ce sont les mêmes qui avaient inventé les radios pirates et qui ont voulu mettre les pirates en prison ».

 Aujourd’hui, il concède cependant que « la loi a été plutôt importante, au plan symbolique ». D’ailleurs, Hadopi a selon lui « eu son mérite ».

 

Tout comme Marie-Françoise Marais, Jean-Michel Jarre anticipe déjà l’après-Hadopi : « maintenant il faut passer à autre chose » plaide-t-il. Mais quelle est cette suite ? « 


Le fond, c’est de cesser d’opposer les artistes assis sur leurs acquis aux grands méchants Google et YouTube » déclare-t-il. « La lutte contre le piratage est importante, bien sûr, mais la vraie question est plus fondamentale et plus simple : va-t-on se décider à respecter la culture comme une source de développement durable, un peu comme l’environnement ? » a également fait valoir le musicien.

 

article intégral : http://www.pcinpact.com/news/80317-hadopi-accident-parcours-selon-jean-michel-jarre.htm