0

Edward Snowden, futur expert de la vie privée pour un réseau social russe ?

-

Le réseau social russe Vkontakte a publiquement fait une proposition d’emploi à Edward Snowden, l’ancien analyste de la NSA qui a notamment révélé les programmes PRISM et XKEYSCORE. Le fondateur du site, Pavel Durov, souhaite le faire travailler dans le domaine de la sécurité, afin de renforcer la vie privée des membres de Vkontakte. Si Edward Snowden accepte, ce serait une sacrée trajectoire professionnelle.

C’est une proposition d’emploi qui pourrait bien être un sacré pied de nez à la politique américaine en matière de renseignement, si l’intéressé l’accepte. En effet, Pavel Durov a proposé à Edward Snowden, l’ancien analyste de la NSA, de travailler pour le compte du réseau social Vkontakte, très populaire en Russie. Son rôle, s’il accepte ? Améliorer la vie privée des membres du site.

La proposition de l’homme d’affaires russe survient dans un contexte particulier. La Russie a en effet accordé à Edward Snowden un asile temporaire d’un an. La nouvelle a évidemment exaspéré les États-Unis, qui se sont déclarés « extrêmement déçus » de voir sortir libre de l’aéroport moscovite celui qui a révélé publiquement l’existence des programmes de surveillance employés par la NSA.

Edward Snowden n’a pas encore indiqué s’il comptait étudier sérieusement la proposition de Pavel Durov, qui a été évoquée par le New York Times. Et même si elle n’aboutit pas, l’offre de Pavel Durov est en tout cas une façon pour lui de médiatiser Vkontakte en Occident (l’interface du réseau social supporte l’anglais et le français, mais la visibilité du site est insignifiante face à Facebook, très présent en Europe et en Amérique).

« Nous invitons Edward à Saint-Pétersbourg (la ville où se trouve le siège social de Vkontakte, ndlr) et nous serions ravis s’il décidait de rejoindre notre équipe de programmeurs stars à Vkontakte. […] Je pense qu’Edward pourrait être intéressé d’agir en faveur de la protection des données personnelles de nos millions d’utilisateurs« , écrit Pavel Durov sur sa page personnelle.

Article diffusé sous licence Creative Common by-nc-nd 2.0, écrit par Guillaume Champeau pour Numerama.com
0

Le FBI peut contrôler les micros des smartphones Android

-

Le FBI dispose de moyens techniques lui permettant d’enregistrer les conversations des utilisateurs de smartphones Android, en activant les micros des terminaux. Les PC portables sont aussi concernés

Logo FBI

Chaque jour apporte son lot de révélations concernant les moyens techniques mis à disposition des agences de renseignements américaines. Jeudi, The Guardian révélait l’existence de XKeyscore, le plus vaste programme de surveillance de la NSA.

Ce vendredi, c’est au tour du Wall Street Journal de se focaliser sur les outils dont disposent les agents du FBI (Federal Bureau of Investigation). Le journal, se fondant sur des sources proches du dossier, annonce que ces derniers ont recours à de nombreux outils de piratage informatique, développés en interne ou achetés sur le marché privé.

Le FBI serait ainsi capable d’activer à distance les microphones de tous les smartphones Android, le tout afin d’enregistrer des conversations téléphoniques. Contactés par le Wall Street Journal, ni le FBI, ni Google n’ont souhaité commenter ces informations. Par ailleurs, les agents seraient en mesure de faire de même avec les microphones des ordinateurs portables.

D’après l’une des sources évoquées, l’agence aurait principalement recours à ces outils de piratage dans les affaires de crime organisé, pornographie infantile et de terrorisme. Par souci de précaution, ils ne seraient en revanche jamais utilisés à l’encontre de pirates.

« Le FBI embauche des gens qui ont des compétences de piratage », a déclaré au Wall Street Journal un ancien fonctionnaire de l’agence. Ces outils seraient utilisés lorsque les autres méthodes de surveillance ne fonctionnent pas : « Quand vous le faites, c’est parce que vous n’avez pas d’autre choix », a-t-il dit.


1

Edward Snowden a quitté l'aéroport Moscou-Cheremetievo!

-
Edward Snowden obtient l'asile temporaire en Russie, annonce son avocat

Edward Snowden obtient l’asile politique temporaire en Russie.

L’Américain Edward Snowden a quitté l’aéroport Moscou-Cheremetievo, affirme ce jeudi son avocat. 

« Snowden a quitté l’aéroport Cheremetievo. On vient de lui remettre un document attestant qu’il a reçu un asile temporaire pour un an en Russie », a déclaré l’avocat Anatoli Koutcherena 

Edward Snowden, responsable des fuites sur les programmes américains de surveillance de l’Internet, était arrivé le 23 juin à l’aéroport de Moscou-Cheremetievo, en provenance de Hong Kong. 

Il a été inculpé pour espionnage par la justice américaine. 


sur http://www.lexpress.fr/actualite/monde/edward-snowden-a-quitte-l-aeroport-de-moscou-cheremetievo-affirme-son-avocat_1270684.html#yUIGjXRWJrwMjMy9.99 

0

Le Bitcoin illégal en Thaïlande

-

Le gouvernement thaïlandais a décidé de déclarer les échanges en monnaie virtuelle décentralisée bitcoin illégaux, selon un message posté par la plateforme Bitcoin Co. Ltd. en Thaïlande ce lundi. Cette dernière a immédiatement décidé de cesser tout commerce de bitcoins.

Si l’on en croit l’entreprise, une certaine incompréhension semble régner autour du bitcoin. Dans un premier temps, Bitcoin Co. Ltd. avait en effet été débouté de sa demande de licence pour l’opération d’un marché d’échange en bitcoins. Mais ce mois-ci, elle a été invité à participer à une conférence sur le fonctionnement des bitcoins, et ses activités.

Absence de lois applicables 

Surprise : « A la fin de la rencontre, les membres de [l’administration en charge de la réglementation monétaire] ont conclu qu’en raison du manque de lois applicables, de contrôles des capitaux et des nombreuses facettes financières touchées par les bitcoins, les activités suivantes étaient interdites en Thaïlande :

  • achat de bitcoins
  • vente de bitcoins
  • achat de biens et services en échange de bitcoins
  • vente de biens et services en échange de bitcoins
  • envoi de bitcoins à quiconque en dehors de la Thaïlande
  • réception de bitcoins de quiconque en dehors de la Thaïlande. »

En clair, rien n’est autorisé en lien avec les bitcoins, si ce n’est l’action de les « miner », ce qui limite l’intérêt vu qu’il est ensuite impossible de les échanger ou d’en faire usage. « Vu cet avis très large, Bitcoin Co. Ltd. n’a d’autre choix que de suspendre ses opérations jusqu’à ce que les lois de Thaïlande soient modifiées pour prendre en compte les bitcoins. »

L’entreprise précise que la Bank of Thailand n’a donné aucune feuille de route, mais a promis qu’elle reconsidèrerait la question. Pour l’heure, de fait, les échanges faits sur les bitcoins sont interdits en Thaïlande, ce qui constitue une première mondiale, même si, on s’en souvient, les Etats-Unis et d’autres pays ont déjà eu à se poser la question du statut du bitcoin.

http://www.zdnet.fr/actualites/le-bitcoin-illegal-en-tha-lande-39792836.htm

0

Révelation #WikiLeaks: Bradley #Manning reconnu coupable risque136ans deprison… FUCK USA !

-

La justice militaire américaine a reconnu coupable mardi Bradley Manning, la taupe de WikiLeaks, de violation de la loi sur l’espionnage, pour laquelle il risque une longue peine de prison.

Blanchi sur l’accusation « d’aide à l’ennemie’ il ne risque plus la « peine de mort »mais il encourt plus de 100 ans de prison après avoir été reconnu coupable de 20 des 22 charges dont il était accusé, en particulier sept (BIEN: 7) condamnations pour violations de la loi sur l’espionnage de 1917.

Agé de 25 ans, le frêle soldat vêtu d’un uniforme bleu, de fines lunettes sur le nez, a écouté le verdict au côté de son avocat .

La juge militaire a reconnu le jeune homme coupable de plusieurs chefs dont violation de la législation sur l’espionnage, vols d’informations aux forces armées , transmission illicite de câbles diplomatiques ou encore de mémos secrets sur les détenus de Guantanamo.

Il a également été reconnu coupable de désobéissance au règlement militaire, de fraude informatique, en insérant un logiciel non autorisé dans le système informatique de l’armée, en détournant les mécanismes de sécurité de ce système et en stockant de manière illicite des informations classifiées.

Pour ces 20 charges, Manning encourt jusqu’à 136 ans de prison. 

Le procès en cour martiale reprendra ce mercredi à 09H30 locales (13H30 GMT) pour sa phase finale destinée à fixer la peine qui lui sera finalement infligée. Cette phase pourrait encore durer plusieurs jours.

Son avocat avait demandé l’acquittement, soutenant que Manning, un être fragilisé par ses troubles d’identité sexuelle, n’était pas un traître, comme l’affirme l’accusation, mais quelqu’un de « jeune, naïf et bien intentionné », qui a été choqué par ce qu’il a vu en Irak.

L’accusation l’avait au contraire dépeint comme un être égoïste et téméraire, qui savait bien qu’en transmettant des documents à WikiLeaks, ils seraient consultés par les ennemis des Etats-Unis.

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5iQwxrQIXd4ldl1LNdBEkaNu8_OCA?docId=d7c83755-3e0b-4e65-b638-01af45059602

0

Le site de 410 000 € de Carla Bruni soumis au devis d’informaticiens Freelances. Le devis le plus élevé : 4200$

-

il y a peu nous apprenions que le site de carla Bruni ,un wordpress avait coûté plus de 400 000 euros au contribuable

Dans cet article nous nous rendons compte que pour l’installation,la réalisation, et textes compris le plus cher des Freelances aurait demandé 4200 euros pour un site similaire…

Le site de Carla Bruni aurait pu fournir un emploi ponctuel à au moins 100 informaticiens freelances!

C’est ce qui ressort d’une initiative intéressante lancée par le site freelancer.com, qui met en relation des freelances et des entreprises souhaitant faire appel à leurs services.

Facétieuse, elle a passé l’annonce suivante sur son propre site :

 

Bien entendu, le site a pris soin de demander les mêmes prestations que pour le site de l’ex-première dame, pas seulement le graphisme: la rédaction de contenus, la recherche iconographique, et le développement web. Les réponses n’ont pas tardé à affluer, provenant du monde entier. A l’arrivée, une pluie de propositions, pour des montants allant de 1.546 dollars pour 22 jours de travail, à 4.200 dollars pour 20 jours. Bien loin des 410.000 euros relevés par la Cour des comptes.

 

 

Le site politique.net avait, le premier, révélé l’information au grand public. Puis plusieurs professionnels du web s’étaient étonnés du coût d’un tel site: parmi eux, Olivier Laurelli, du site Bluetouff, a livré l’analyse la plus « pro » du site de l’ex-première dame. Laquelle, depuis, a menacé « de poursuivre tout propos qui porterait atteinte à son honneur dès lors qu’il serait imputé à la fondation qui porte son nom d’avoir bénéficié de financements qui n’ont jamais existé. » Ces propos visaient notamment les initiateurs d’une pétition rassemblant à ce jour 86.000 signataires demandant quel usage avait été fait des 410.000 euros.

Failles de sécurité, mise en page sommaire, choix techniques hasardeux… Espérons que les informaticiens freelances dénichés par freelancer.com auraient fait mieux !

 

Source : http://www.challenges.fr/luxe/20130730.CHA2748/le-site-de-carla-bruni-soumis-au-devis-d-informaticiens-freelances.html

3

Lettre ouverte : Les parlementaires européens appellent le président #Obama à libérer Bradley #Manning!

-

Lettre ouverte des membres du Parlement européen
au président Barack Obama et au secrétaire américain à la Défense Chuck Hagel

Pfc.  Bradley Manning (crédit photo: Mark Wilson / Getty Images)
Pfc. Bradley Manning (crédit photo: Mark Wilson / Getty Images)

En tant que membres du Parlement européen élus pour représenter nos électeurs dans toute l’Europe, nous vous écrivons pour exprimer nos inquiétudes au sujet de la persécution de Bradley Manning, le jeune soldat américain qui a publié des informations secrètes révélant des preuves de violations des droits de l’homme et de crimes de guerre apparents en Irak et en Afghanistan.

L’armée américaine a accusé Manning de 21 crimes différents, y compris « aide à l’ennemi », une exigence de fonds propres. Condamner une personne ayant divulgué des information aux médias d' »aide à l’ennemi » créerait un terrible précédent.

Bien que nous comprenions que le gouvernement américain ne cherche pas la peine de mort pour Bradley Manning, il n’y aurait rien pour empêcher que cela ne se produise à l’avenir.

Actuellement Manning fait face à la possibilité d être emprisonné à perpétuité sans libération conditionnelle,et son traitement  a récemment été considéré comme « inhumain et dégradant » par la Cour européenne des droits de l’homme.

Le 2 Juillet, les procureurs de l’armée n’ont fourni aucune preuve réelle que Bradley Manning ait aidé l’ennemi, ou qu’il avait l’intention de le faire. Dans sa défense contre les accusations auxquelles il a plaidé non coupable, Manning n’a pas été autorisé à apporter toute preuve de motivation.

Dans une déclaration à la cour,  Amnesty International a déclaré que cela était «troublant » qu’il n’ait pas l’autorisation de plaider le faut qu’il ait « agit dans l’intérêt des citoyens ». Par ailleurs, l’accusation n’a fourni aucune preuve que Manning ait causé un préjudice à la sécurité nationale américaine ou aux troupes américaines et de l’OTAN.

Nous sommes d’accord avec Amnesty International sur le fait que le gouvernement américain devrait immédiatement abandonner les accusations les plus graves contre Bradley Manning, et que l’accuser d’ «aide à l’ennemi» est «ridicule» – une «parodie de justice» qui «tourne en dérision le système judiciaire militaire américain ».

«Nous avons maintenant vu la preuve présentée par les deux parties, et c’est tout à fait clair que l’accusation « d’aide à l’ennemi »n’a aucun fondement», a indiquée  Widney Brown, directrice générale du droit et de la politique à Amnesty International.

«La poursuite devrait également avoir un regard général sur l’ensemble de son cas et abandonner toutes les autres accusations qui ne sont pas démontrées par les preuves présentées ».a-t-elle ajoutée

Plutôt que de causer un préjudice, la diffusion de Bradley Manning à WikiLeaks des journaux de guerre en Irak et des Journaux de guerre afghans ont permis de mettre au grand jour la lumière sur ces professions, révélant, entre autres abus et  banalisations des meurtres de civils.

Le sombre tableau peint par ces journaux de guerre contraste grandement avec les rapports d’avancement roses qui sont offerts au public par les dirigeants militaires et les politiques.

Manning a expliqué qu’il pensait que si le public américain avait cette information, cela pourrait «déclencher un débat national» sur la politique étrangère américaine », comme celle liée à l’Irak et l’Afghanistan».

Loin d’être un traître, Bradley Manning a agit dans le meilleur intérêt de son peuple.

Le peuple irakien continuent de subir les conséquences de cette guerre, même après le retrait des troupes étrangères, avec des millions de réfugiés sans-abri et la reprise des violences sectaires. Pendant ce temps, onze ans et demi après l’invasion américaine en Afghanistan, ce pays doit encore former une démocratie qui fonctionne afin de s’affranchir des  talibans et des fondamentalistes.

Bradley Manning: « Au départ j’ai senti que nous prenions beaucoup de risques pour des gens qui ne semblaient pas coopérer avec nous, conduisant  la frustration et la colère des deux côtés. J’ai commencé à devenir déprimé par la situation que nous avons trouvé nous-mêmes de plus en plus embourbée années après années. »

Puis Bradley Manning a été témoin des fautes de l’armée américaine. Il dit avoir été «troublé» et «perturbé» … Mais au lieu de passer  « de l’autre côté de la barrière », comme tant d’autres, il a agi en conformité avec le droit international et avec un fort engagement pour la vérité, la transparence et la démocratie.

Il a écrit à l’époque qu’il espérait que ses actes entraîneraient des « discussions dans le monde entier, des débats et des réformes. »

Bradley Manning a également publié des informations sur des hommes qui continuent à être détenus à tort et de manière  indéfinie à la prison américaine de Guantanamo, à Cuba.

Plus d’une centaine de ces prisonniers ont engagé une longue grève de la faim illimitée, et 45 d’entre eux sont actuellement nourris de force par des soldats américains.

Cette situation intolérable continue de saper les allégations des États-Unis pour promouvoir la liberté et la démocratie, ce qui compromet la réputation des Etats-Unis dans le monde et en diminuant l’autorité morale.

L’ action courageuse de Bradley Manning, pour laquelle il a été trois fois nominé pour le Prix Nobel de la Paix, a été une source d’inspiration pour d’autres, dont Edward Snowden, qui a récemment révélé la surveillance massive du gouvernement américain aux États-Unis, perpétrée également contre les gouvernements et les citoyens européens.

Nous craignons que la guerre de l’administration américaine sur les dénonciateurs comme Edward Snowden et Bradley Manning ait un effet dissuasif sur le processus de la démocratie dans les Etats-Unis et en Europe.

Nous vous demandons par la présente de mettre fin à la persécution de Bradley Manning, un jeune homme gay qui a été emprisonné pendant plus de trois ans, dont dix mois en isolement, dans des conditions que Juan Mendez,  Rapporteur spécial de l’ONU sur la torture,  juge «cruelle et abusive. » Bradley Manning a déjà trop souffert, et devrait être libéré aussi rapidement que possible.

Signé,

Marisa Matias, membre du Parlement européen, Portugal
Christian Engström, membre du Parlement européen, Suède
Ana Maria Gomes, membre du Parlement européen, Portugal
Gabi Zimmer, membre du Parlement européen, Allemagne
Paul Murphy, membre du Parlement européen, de l’Irlande
Sabine Wils, membre du Parlement européen, Allemagne
Jacky Henin, membre du Parlement européen, France
Alda Sousa, membre du Parlement européen, Portugal
Martina Anderson, membre du Parlement européen, Irlande
Nikola Vuljanić, membre du Parlement européen, Kroatia
Sabine Lösing, membre du Parlement européen, Allemagne
Lothar Bisky, membre du Parlement européen, Allemagne
Helmut Scholz, membre du Parlement européen, Allemagne
Willy Meyer, membre du Parlement européen, Espagne
Mikael Gustafsson, membre du Parlement européen, Suède
Marie-Christine Vergiat, députée au Parlement européen, France
Patrick Le Hyaric, membre du Parlement européen, France

http://www.bradleymanning.org/featured/european-parliamentarians-call-on-president-obama-to-free-bradley-manning

0

La députée Le Pen critique #Hadopi et remet la licence globale sur le tapis

-

La députée de l’extrême droite vient d’inviter la ministre de la Culture à se positionner vis-à-vis de ce qu’elle juge être une solution « plus réaliste et favorable à la création » que ce que permettent actuellement les lois Hadopi.

maréchal le pen

 

 Face à ce qu’elle estime être une politique publique « difficilement applicable à Internet en l’état », l’élue FN explique que « d’autres méthodes existent, plus conformes à la réalité qu’est la révolution du numérique ». En l’occurrence, elle met en avant « la mise en place d’une licence globale ». Sans en préciser aucun contour, Marion Maréchal-Le Pen affirme qu’un tel dispositif serait « davantage soucieux des intérêts des artistes que celles des « majors » de l’industrie de la création ». Ici aussi, l’argument est connu. La ministre de la Culture est désormais priée de bien vouloir indiquer si elle compte prendre en compte cette option « plus réaliste et favorable à la création » qu’est la licence globale selon la députée.

article intégral : http://www.pcinpact.com/news/81468-la-deputee-le-pen-critique-hadopi-et-remet-licence-globale-sur-tapis.htm

4

Ed Snowden: La promesse d’Obama de protéger les lanceurs d’alerte disparaît mystérieusement du site gouv.org…

-

la Sunlight Foundation a remarqué que le site Change.gov, (qui a été mis en place par l’équipe de transition d’Obama après l’élection en 2008) a soudainement été nettoyé de tout son contenu d’origine .

 
 Notamment voici ce qui figurait sur le site :

Protéger les dénonciateurs: Souvent, la meilleure source d’information sur  la fraude et les abus au sein du gouvernement est un employé du gouvernement engagé envers l’intégrité publique et prêt à parler. De tels actes de courage et de patriotisme, qui peuvent parfois sauver des vies et souvent économiser l’argent des contribuables, devraient être encouragés plutôt que étouffés.

 Barack Obama va renforcer les lois sur la dénonciation pour protéger les travailleurs fédéraux qui dénoncent le gaspillage, la fraude et l’abus de pouvoir au sein du gouvernement.

Obama veillera à ce que les agences fédérales accélèrent le processus d’examen des demandes de dénonciation et que les lanceurs d’alerte  aient pleinement accès  à un procès équitable.

Ouais. Effectivement cette déclaration semble un peu gênante au moment même où l’administration Obama menace de sanctions commerciales tout pays qui accorderait l’asile à Ed Snowden. N’oublions pas non plus le traitement du lanceur d’alerte Bradley Manning, « traitement » que l’ONU a déjà condamné  de «cruel et inhumain»...

 
2

Carla Bruni-Sarkozy: 410 000€ pour se faire installer un #wordpress aux frais du contribuable /le feuilleton continue!

-

logo de la fondation Carla Bruni-Sarkozy

Depuis que la Cour des comptes a révélé le coût extravagant du site de l’épouse de Nicolas Sarkozy, on assiste à un feuilleton, qui commence par un site maigrelet réalisé sous le logiciel libre WordPress en 2009.

Carlabrunisarkozy.org a coûté 410.000 euros à l’État

 

Le 18 juillet, c’est ce chiffre faramineux que relève Politique.net à partir du rapport de la Cour des comptes. Carlabrunisarkozy.org (lancé en 2009 et toujours en ligne), consacré aux bonnes œuvres de la Première dame [je sais, la notion, américaine, n’existe pas en droit français] d’alors, a coûté 410.000 euros à l’État pour 2011 et 2012.

 « Une cyber catastrophe à 410.000 euros pour le contribuable »

Le 21 juillet, c’est en ces termes peu élogieux que le journaliste et blogueur Bluetouff, alias Olivier Laurelli, dresse une analyse – exécution en règle du site de Carla Bruni-Sarkozy, publiée aussi le lendemain dans Rue89.

La lecture intégrale de ce texte est chaudement recommandée.

« Si je devais chiffrer techniquement le développement d’un site comme Reflets.info, ce dernier n’excéderait pas les 4000 euros pour une petite semaine de customisation de skin et modules. Comment celui de Carla Bruni Sarkozy a t-il pu être facturé 100 fois plus cher? »

« Le WordPress n’est techniquement pas maintenu. Le fichier readme.html arbore fièrement une version 3.0.4.  A titre d’information nous en sommes, à l’heure où nous écrivons ces lignes, à la version 3.5.2 ! »

« Le contribuable s’est fait escroquer, c’est pour moi une évidence../.. »

 Une pétition: Carla Bruni, faites don des 410.000 euros

Le 24 juillet, une pétition est lancée sur Change.org: « Carla Bruni: faites don des 410.000 euros d’argent public dépensés pour votre site personnel ».

Signée au moment où je publie ce billet par plus de 65.000 personnes.

 La fondation Carla Bruni Sarkozy se défend – enfin, essaie

Via un « démenti » sur son fameux site, la fondation essaie d’éteindre l’incendie.

« – Tous les contenus visibles sur ce site on été intégralement financés par la Fondation. Ils n’ont été en aucune façon financés par l’Etat ou quelque autre entité extérieure à la Fondation, et ceci depuis la création du site. »

Bel exemple de tentative d’enfumage que ce « tous les contenus visibles sur ce site », qui appelle immédiatement « et le contenant? ».

 Un compte Twitter aurait suffi

La fondation Bruni essaie aussi de se défendre via Le Figaro hier, 26 juillet.

Elle affirme que le site web renvoyait à l’époque  à différents contenus, dont les « actions de la première dame » et l’engagement de Carla Bruni contre le sida, depuis retirées du site.

Manque de chance pour cette défense en carton pâte, Olivier Laurelli réplique, après avoir trouvé via la WayBack Machine, des exemples de ces contenus si chers, qui s’avèrent si succincts qu’un compte Twitter aurait suffi à les publier.

 Une controverse qui passe à l’international et s’élargit

Cette affaire exemplaire où se mêlent gaspillage d’argent public, confusion public-privé et dépenses délirantes a notamment été relevée hier par le Guardian. Le quotidien britannique attaque son article ainsi:

« Quand Carla Bruni-Sarkozy – une héritière millionnaire qui dans le passé a gagné plus de 4 millions de livres par an [4,6 millions d’euros] comme mannequin vedette – est devenue la Première dame de France, des commentateurs ont murmuré qu’elle pourrait être attaquée comme une sorte de Marie-Antoinette moderne. Mais ce n’est que maintenant que son mari, l’ancien président de droite, Nicolas Sarkozy, a quitté ses fonctions qu’elle est de plus en plus prise comme le symbole de son ère d’argent et de bling-bling. »

De son côté Olivier Laurelli, qui ne lâche pas le morceau, relève aujourd’hui, 27 juillet, que

« Le site a en fait coûté bien plus de 410.000 euros: sa conception initiale en 2009.

Une question légitime subsiste: Puisqu’en 2009 déjà, le site était déjà ‘dédié à sa fonction de première dame’, combien a t-il absorbé pour les années 2009 et 2010? »

A suivre…

http://www.zdnet.fr/actualites/carla-bruni-sarkozy-un-site-en-toc-a-prix-bling-bling-aux-frais-du-contribuable-39792779.htm#xtor=RSS-1

0

censure :Le porno bientôt bloqué par défaut par les FAI au Royaume-Uni

-

blocage-porno-ukLe premier ministre britannique David Cameron a annoncé que la pornographie en ligne serait bientôt bloquée par défaut. Ceux qui voudront continuer à pouvoir y accéder devront alors en faire la demande auprès de leur fournisseur d’accès à Internet pour débloquer le filtrage.

« Protéger l’innocence des enfants », tel est l’objectif des nouvelles mesures annoncées par David Cameron. En plus du blocage des sites pornographiques, les vidéos mettant en scène des viols vont devenir illégales, comme c’est déjà le cas en Écosse, et une liste de termes considérés comme « horribles » (« horrific ») devront être blacklistés dès le mois d’octobre 2013 par les moteurs de recherche. Enfin, pour ramener les pédophiles à la raison, une page s’affichera automatiquement lorsqu’une personne cherchera des contenus pédopornographiques.

Le premier ministre attend de la part des FAI britanniques qu’ils coopèrent, leur reprochant de « ne pas avoir fait assez pour assumer leur responsabilité » sur ce sujet, malgré le fait qu’ils aient le « devoir moral » de le faire. Les principaux acteurs du marché, fournissant un accès Internet à 95% des ménages outre-manche, ont par ailleurs accepté leur nouvelle mission de filtrage. Dans le même temps, plus de pouvoirs seront donnés aux experts du Child Exploitation and Online Protection Centre, qui traquent les pédophiles sur le net.

http://anth0.fr/2013/07/24/le-porno-bientot-bloque-par-defaut-par-les-fai-au-royaume-uni/

0

Après #Apple et #Ubuntu, c'est au tour d'#OVH d'être #piraté ![Pcinpact]

-

ovh datacenter strasbourg

 

Encore un. En effet, depuis ce matin les annonces de données volées s’enchainent les unes après les autres. 

Après Apple et Ubuntu, c’est au tour d’OVH de faire savoir que la sécurité de ses serveurs a été compromise et que les données clients européens sont dans la nature. Une vaste campagne de mail partira ce jour pour demander à ce que les mots de passe soient réinitialisés.

 

http://www.pcinpact.com/news/81342-ovh-pirate-clients-europeens-invites-a-changer-leur-mot-passe.htm