0

Les mensonges de la France sur l’affaire Evo Morales/Edward Snowden

-

Devant l'ambassade de France à La Paz, le 3 juillet.

 Sur injonction de Washington, plusieurs pays européens dont la France ont fermé leur espace aérien à l’avion du Président bolivien Evo Morales, déclenchant une grave crise diplomatique entre l’Europe et l’Amérique latine.

 En interdisant à l’avion présidentiel d’Evo Morales de survoler son territoire dans la nuit du 2 au 3 juillet 2013, la France a déclenché une grave crise internationale avec la Bolivie. L’Espagne, l’Italie et le Portugal se sont rendus coupables du même acte d’hostilité à l’égard du pays d’Amérique du Sud. Tous, sans exception, ont suivi les ordres émanant de Washington, qui pensait à tort que son ancien agent Edward Snowden se trouvait à bord de l’avion.

 Cet acte, inédit depuis la fin de la Seconde guerre mondiale, a unanimement été condamné par l’ensemble de l’Amérique latine, du Chili à Cuba, toutes tendances politiques confondues. Paris s’est rendu coupable d’une gravissime violation du droit international en attentant contre l’immunité diplomatique absolue dont jouit tout chef d’Etat

La Bolivie a immédiatement dénoncé cette agression illégale auprès des instances internationales.

 Les explications fournies par le Ministère français des Affaires étrangères ne sont guère convaincantes. Le Quai d’Orsay a ainsi exprimé « les regrets de la France suite au contretemps occasionné pour le président Morales par les retards dans la confirmation de l’autorisation du survol du territoire par l’avion du président ». Or, la Bolivie a demandé et obtenu l’autorisation de traverser l’espace aérien français dès le 27 juin 2013, c’est-à-dire six jours avant l’incident. La France savait ainsi depuis plus d’une semaine que l’avion présidentiel bolivien traverserait le territoire national.

 Interrogé à ce sujet, le président français François Hollande n’a pas fourni davantage d’éclaircissements. « Dès que j’ai su que c’était l’avion du président bolivien, j’ai donné immédiatement l’autorisation de survol ». Là encore, ces propos sont inexacts puisque l’autorisation de traverser l’espace aérien avait été fournie près d’une semaine avant le grave incident qui a obligé Evo Morales à atterrir en urgence en Autriche et à y faire une escale de 13 heures.

 En réalité, la France a fait preuve d’une embarrassante soumission à l’égard des Etats-Unis et s’est comportée non pas comme une grande nation souveraine et indépendante, mais comme une république bananière docile et obéissante. Paris n’a pas hésité un seul instant pas à violer le droit international, à commettre un acte extrêmement hostile à l’égard d’un pays allié et à mettre en danger la vie d’un président démocratiquement élu, dans le but de répondre à une injonction de la part de Washington. Le gouvernement socialiste français a ainsi prêté main forte à l’administration Obama dans ses tentatives d’arrêter Edward Snowden, qui a révélé que les services de renseignements étasuniens espionnaient…l’Europe et la France.

source :Opera Mundi

http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/les-mensonges-de-la-france-sur-l-139476

0

Phishing, scam et malwares – Comment rester en sécurité avec ses mails ?

-


Récemment, beaucoup d’exploits liés à la cybercriminalité commencent toujours de la même façon, à savoir au moment où quelqu’un ouvre un e-mail piégé, clique sur une pièce jointe, devient involontairement une victime mais aussi le maillon faible malgré lui.

Pas mal de gens sont informés des risques liés aux spams et aux escroqueries en ligne diffusés massivement par mail chaque jour. Mais les cybercriminels peaufinent à chaque instant leurs attaques afin de s’adapter à cette vigilance dans le but de la tromper. Ils ont réussi à rendre le phishing et les mails piégés plus délicats et insoupçonnables, ce qui fait grimper en flèche le taux de victimes. Même les techniques visant à donner envie de cliquer où il ne faut pas se modernises et deviennent très efficaces au point que seuls les utilisateurs les plus avertis s’en sortent.

Les attaques par hameçonnage sont intelligemment ciblées et les e-mails visant à pénétrer au sein des réseaux d’entreprise sont également à la hausse cette année, selon le FBI. Ces techniques visent à convaincre les gens que les mails sont légitimes et ils sont en effet beaucoup plus convaincant et attirants que les spams vieillots mal orthographiés.

Les attaques actuelles pourraient ressembler à quelque chose comme une demande officielle des impôts ou encore à une invitation de mariage d’un ami. Heureusement, il y a quelques règles de base qui peuvent aider à garder votre boîte de réception en sécurité.

Vous êtes inquiet d’être victime d’hameçonnage ? Regardez y de plus près !

Inspecter de près le mail reçu. Il est possible de simuler n’importe quelle adresse e-mail via un serveur SMTP et la majorité des phishers connaissent cette astuce. En passant votre souris le ou les liens présents dans le mail suffit généralement à voir la vraie cible. Est-ce une adresse officielle ? Qui a du sens ? Y a t-il des fautes ? La terminaison du nom de domaine est-elle correcte ? Si vous avez le moindre doute, ne cliquez pas.

Factures, invitations de mariage, déclarations fiscales : tout est bon pour les cybercriminels

Pour un cybercriminel, rien n’est sacré et les catastrophes, les invitations de mariage, les factures et les déclarations fiscales sont toutes des tactiques utilisées. Il est vital de réfléchir avant d’ouvrir les pièces jointes, y compris celles qui semblent provenir d’amis. En effet, une adresse Hotmail/Outlook est vite usurpée… Ne cliquez pas. Votre banque vous envoie une demande par mail ? Sachez que ça n’existe pas, aucun mail officiel n’est envoyé, et surtout pas pour demander des informations confidentielles !

Soyez très prudent avec les URL raccourcies

Des services tels que TinyURL ou Bit.ly sont de rigueur sur Twitter et les autres réseaux sociaux mais vous devez être prudent avec cette pratique, en particulier dans un mail. S’il n’y a pas une limite sur le nombre de lettres, pourquoi quelqu’un a raccourci le lien ? Il y a alors de fortes chances que le lien ai quelque chose à cacher et ne redirige pas vers un site Web de confiance.

Les services de raccourcissement d’URL sont l’outil de prédilection des pirates car ils camouflent très facilement des redirections malveillantes. Cependant, sachez que certains services comme LongURL vous permettent de faire l’inverse, et ainsi, voir le vrai lien final avant d’y accéder. Attention néanmoins, chez UnderNews nous avons pu voir à plusieurs reprises des liens détournés pointant vers des kits de phishing hébergés sur des espaces piratés dédiés. Détournés car les pirates font « rebondir » la victime sur plusieurs domaines avant d’atteindre la cible finale. Au cours du processus, les domaines changent et sont plus ou moins de bonne qualité. Cela permet aussi de brouiller les traces et de retarder la détection de l’espace malveillant.

Les numéros de téléphone ne sont pas la garantie qu’un mail est réel

Ne faites pas confiance non plus aux courriels d’aspect professionnel contenant un numéro de téléphone car cela peut être une autre astuce de cybercriminel. Même si le numéro fonctionne, sachez que vous risquez de parler à un escroc à la place de l’entreprise que vous croyez contacter. Bien entendu, ce dernier n’hésitera pas à vous tromper alors par divers moyens…

Ne publiez pas votre adresse e-mail

La publication de votre adresse e-mail sur Internet peut être une mauvaise idée – à la fois pour les particuliers et pour les entreprises. Plus tôt cette année, la principale compagnie d’électricité aux États-Unis a été la cible d’une attaque phishing bien conçue, qui a utilisé des informations publiées sur les sites Web de l’entreprise. S’il y a un moyen d’éviter la publication de votre adresse e-mail, n’hésitez pas. Aussi, soyez attentif aux « leaks », ces données rendues publiques par un pirate informatique après une intrusion sur un site Web où vous pourriez être inscrit. Certains sites tel que PwnedList vous aiderons à savoir si vous avez été victime d’une telle action…

Ne pas activer l’auto-chargement des images

Faîtes en sorte que les images ne soient pas téléchargées automatiquement au sein de votre messagerie, auquel cas, vous pourriez envoyer un signal non négligeable aux spammeurs. Les images sont souvent stockées sur les serveurs des spammeurs et peuvent être uniques à votre mail. En chargeant les images dans un e-mail, votre ordinateur télécharge les images depuis les serveurs des spammeurs, prouvant ainsi votre existence ainsi que la validité de votre adresse mail. Certains mails possèdent aussi un tracker invisible, sous la forme d’une image carrée d’un pixel, totalement invisible mais pas inoffensive.

Ne pas accepter le spam

Soyez toujours prudent lorsque vous remplissez des formulaires sur Internet, et fuyez les messages du type « Je veux recevoir des renseignements » ou encore « Je souhaite être tenu au courant des nouveautés« . Les sociétés les plus réputées pour le danger sont connues mais les listes de clients peuvent vite changer de mains, et votre adresse mail peut finir par être transmise à votre insu. Il est également préférable d’éviter de recevoir des notifications de sites tels que Twitter ou Facebook pour l abonne raison qu’ils encombrent votre boîte de réception, et que cela est utile pour les escrocs et les spammeurs.

Ne pas stocker d’informations sensibles dans votre dossier d’envoi

Pour un cybercriminel, un compte de messagerie personnel est une véritable mine d’informations, permettant facilement le vol d’identité et l »usurpation. Ne laissez pas d’informations telles que des coordonnées bancaires, des documents officiels scannés, des numéros de cartes de crédit ou des mots de passe dans votre dossier « Envoyés ». En règle générale, il est plus sûr de ne jamais envoyer de telles informations par courrier électronique.

N’utilisez pas de question de récupération évidente

Des questions telles que votre première école peut être facile à deviner pour un criminel, surtout si vos profils de réseaux sociaux disent d’où vous venez. Au lieu de cela, faire votre propre question, et rendez-la difficile. Cela renforcera considérablement votre messagerie.

Changement de travail ? Pensez à changer votre mail de récupération

Si le pire arrive, vous devez être en mesure de revenir dans votre messagerie en réinitialisant votre mot de passe. Mais si vous n’avez plus accès à votre adresse e-mail de « récupération », vous risquez de ne pas pouvoir le faire. Assurez-vous que le vôtre est à jour.

Inquiet ? Regardez les connexions actives et historique

De nombreux services de messagerie ont une fonction qui vous permet de voir où vous êtes connecté et à partir de quelle adresse IP, ce qui peut vous alerter si quelqu’un accède à votre compte (ils seront automatiquement enregistrés). Sur Google Mail, par exemple, faites défiler vers le bas à droite de l’écran, et vous pourrez voir une liste des dispositifs et applications qui ont accédé à votre compte ainsi que l’horaire précise. En cas de doute, changez immédiatement votre mot de passe.

http://www.undernews.fr/reseau-securite/phishing-scam-et-malwares-comment-rester-en-securite-avec-ses-mails.html

0

L'UMP souhaite que le CSA regule sites internet et reseaux sociaux

-
David-Xavier WEISS , Secrétaire national de l’UMP chargé des médias, souhaite que le Gouvernement réfléchissent à l’évolution des missions du CSA sur le web, dit-il dans un communiqué 

Dans ce communiqué, David-Xavier Weiss explique:

« Après le démantèlement de l’Hadopi, le CSA est l’autorité la plus à même d’encadrer voir de contraindre les grands groupes comme Twitter Facebook ou Ask qui méprisent complètement leurs utilisateurs, leur seule volonté étant d’avoir plus d’utilisateurs chaque jour sans se soucier des contenus parfois abjects qui y sont publiés.

Prenons quelques exemple cette semaine : le suicide de Hannah Smith au Royaume-Unisuite aux propos sur Ask.fm, ou encore l’américain qui a publié le corps ensanglanté de sa femme qu’il venait d’assassiner a Miami sur Facebook, ou bien les hashtags antisémites sur Twitter comme #PlusFortQueLaShoah mais également homophobes #TeamHomophobe  , islamophobes ou encore xénophobes (#adopteungitan) et parfois pornographiques…

Sans vouloir être liberticide, le gouvernement doit réfléchir aux contraintes qu’il doit imposer à ces réseaux dits sociaux : une hotline en français pour dénoncer et réprimer les abus au plus vite par exemple.

David-Xavier WEISS dénonce l’impéritie du Gouvernement en la matière, l’absence coupable de réflexion.

0

Espionnage américain : les hébergeurs allemands vont chiffrer tous les e-mails

-

Trois fournisseurs de messageries ont décidé de chiffrer le trafic des e-mails entre leurs serveurs, par le protocole SSL/TLS. Le but : rassurer les citoyens allemands… et couper l’herbe sous les pieds des concurrents américains.

Face à l’ampleur de la surveillance américaine révélée par Edward Snowden, trois fournisseurs allemands de messagerie électronique ont décidé de s’unir pour blinder le trafic de leurs courriels. A savoir : T-Online (filiale de Deutsche Telekom), GMX et Web.de. A eux trois, ils représentent deux tiers des comptes emails privés en Allemagne, soit 50 millions de boîtes électroniques, selon l’AFP. Ils ont baptisé leur initiative de sécurité « Email made in Germany ».
De s’agit-il exactement ? Les trois sociétés ont mis en place un chiffrement des échanges par protocole SSL/TLS entre tous leurs serveurs. Désormais, un mail envoyé de GMX vers T-Online ou Web.de sera donc automatiquement chiffré, et cela de bout en bout (depuis l’équipement terminal de l’envoyeur à celui du récepteur). A ce titre, les utilisateurs verront apparaître dans leurs boîtes aux lettres une petite pastille « Email made in Germany » pour signifier qu’une adresse est sécurisée. En revanche, un mail envoyé de GMX vers Gmail ne bénéficiera pas cette protection.

http://www.01net.com/editorial/601071/espionnage-americain-les-hebergeurs-allemands-vont-chiffrer-tous-les-emails/

0

Surveillance d'Internet : fermeture subite de deux services de mails sécurisés

-
Manifestation en soutien à Edward Snwoden, le 27 juillet.
Manifestation en soutien à Edward Snwoden, le 27 juillet. | PAWEL KOPCZYNSKI/REUTERS

Le service de messagerie chiffrée Lavabit, qu’Edward Snowden aurait utilisé pendant sa fugue à Moscou, a été brusquement fermé jeudi 8 août par son propriétaire, Ladar Levisonqui dit vouloir éviter d’être « complice de crimes contre le peuple américain ».

« J’ai été contraint de prendre une décision difficile : devenircomplice de crimes contre le peuple américain ou abandonnerprès de dix ans de dur labeur en fermant Lavabit. Après mûre réflexion, j’ai décidé de suspendre les opérations. En l’état actuel des choses, je ne peux pas raconter ce qui m’est arrivé ces six dernières semaines, même si j’ai par deux fois fait les demandes nécessaires ».

La loi américaine autorise les services de renseignement à faire des demandes d’information auprès d’entreprises, qui sont ensuite tenues de ne pas en parler.

L’Electronic Frontier Foundation, une ONG défendant la liberté d’expression en ligne, souligne qu’il est « rare qu’un service de courriels décide de mettre la clé sous la porte plutôt que d’aller à l’encontre de ses valeurs »« L’étrange message de Lavabit et le manque d’informations sur ce cas est d’autant plus inquiétant pour les utilisateurs de services bien plus importants comme Google et Facebook, qui ont dû faire face à des pressions similaires », poursuit-elle.

http://www.lemonde.fr/technologies/article/2013/08/09/un-service-de-courriels-securise-lie-a-snowden-ferme_3459334_651865.html

0

Game of Thrones : le piratage aussi bon qu’un Emmy

-

Game of Thrones a été la série TV la plus piratée de
2012, et il n’y a aucune raison pour que les torrents ne continuent pas
de couler à flot cette année. Et cela ne pose aucun problème à Jeff
Bewkes, responsable de Time Warner, producteur de la série phénomène avec HBO.

http://www.journaldugeek.com/2013/08/09/game-of-thrones-piratage-emmy/

0

USA :Le presque super plan du FAI Comcast pour lutter contre le #piratage

-

Le plus intelligent serait d’arrêter de dépenser de l’énergie et de l’argent contre la lutte du partage de fichier (alorsque cela est bénéfique pourla mafia du divertissement comme les études le démontrent ) mais bon, on fait pas d’un âne un cheval de course hein  :p

Non content de participer au programme de riposte graduée made in USA (surnommé six strikes), Comcast, un des plus FAI outre Atlantique, se préparerait à lancer une autre offensive sur le piratage.

Selon Variety, il s’agirait de proposer un accès (évidemment payant) à la version légale d’une oeuvre dès lors que celle-ci est en train d’être téléchargée de manière illicite par l’internaute. 

En théorie, ce système aurait, contrairement à la riposte graduée, l’avantage de l’immédiateté et de la facilité, puisque les liens renverraient non pas vers un service général mais bien vers l’oeuvre précise.

Le seul problème, comme le souligne le Time, c’est que les oeuvres piratées le sont souvent en raison de leur indisponibilité dans les catalogues légaux.

.

l’article intégral: http://electronlibre.info/le-presque-super-plan-de-comcast-pour-lutter-contre-le-piratage/

2

#Espionnage / #Anonymat : #TOR déconseille à ses utilisateurs l’usage de #Windows!

-

Après la découverte, la semaine dernière, d’une faille de sécurité dans le navigateur Firefox qu’utiliserait le FBI pour pister les utilisateurs de Tor, les fondateurs du réseau sécurisé déconseillent à ses adeptes d’utiliser le système d’exploitation Windows.
Tor
Surfer anonymement est un exercice de plus en plus compliqué. Il y a quelques jours, lumière était faite sur une enquête du FBI, visant à traquer le contenu pédophile dans le web profond, ou deep web.

Ce dernier n’est pas accessible de manière traditionnelle, car non indexé, et nécessite des précautions pour y accéder, comme utiliser un système permettant de se rendre anonyme. C’est ce que propose The Onion Router, également connu sous le nom de Tor, un réseau dont la structure en couches permet de protéger la connexion de ses utilisateurs à des sites sur lesquels ils n’ont pas envie qu’on les identifie. Mais le FBI a trouvé une méthode pour mettre à mal cette protection.

En effet, suite à l’arrestation d’Eric Eoin Marques, un Irlandais accusé d’être « le plus grand facilitateur d’échanges pédophiles au monde » , la méthode utilisée par le FBI a été dévoilée : les enquêteurs auraient exploité une faille zero-day au sein du navigateur Firefox qui, combinée à un script Javascript, permet de récupérer des informations d’identification concernant les ordinateurs qui visitent certains sites via le réseau Tor.
Face à cette situation, l’équipe du projet Tor a réagi en publiant il y a peu une annonce, dans laquelle des recommandations sont donnés à ses utilisateurs.

« Une attaque qui exploite une vulnérabilité de Firefox liée à Javascript a été observée. Spécifiquement, les utilisateurs de Windows qui utilisent le Tor Browser Bundle (qui inclut Firefox, ainsi que des patchs de privatisation) apparaissent comme ciblés » explique le document.

Les initiateurs du projet expliquent ensuite que la faille a été corrigée sur Firefox 17.0.7 ESR, et ce que c’est cette version qui est proposée dans le dernier Tor Browser Bundle. Néanmoins, l’organisme attire l’intention sur le fait que tous les utilisateurs de Tor n’utilisent pas la version la plus récente du TBB, et sont donc potentiellement vulnérables.

« Seuls les utilisateurs de Windows sont vulnérables »

« En principe, les utilisateurs de toutes les versions du TBB proposées avant l’actuelle, sont vulnérables. Mais, en pratique, il apparaît que seuls les utilisateurs de Windows dotés de versions vulnérables de Firefox peuvent être ciblés par l’attaque » ajoute le communiqué. « Pour être clair, alors que la vulnérabilité de Firefox touche toutes les plateformes, le code d’attaque est spécifique à Windows. Il apparaît que les utilisateurs de TBB sur Linux ou OS X ne sont pas touchés. »

La suite sur Clubic.com : Espionnage : le projet TOR déconseille à ses utilisateurs l’usage de Windows http://www.clubic.com/antivirus-securite-informatique/virus-hacker-piratage/reseau-tor-the-onion-router/actualite-576992-espionnage-projet-tor-deconseille-utilisateurs-usage-windows.html#ixzz2bNHBRxdq
Informatique et high tech

0

Le scandale Prism pourrait coûter cher à l’industrie high-tech américaine

-

605l.png

Edward Snowden doit commencer à être l’une des personnes les plus détestées par les capitaines de l’industrie high-tech américaine. Car ses révélations sur le programme d’espionnage Prism jettent le discrédit sur tous les acteurs du cloud computing américain, l’un des secteurs les plus dynamiques du marché high-tech.

Et les dégâts économiques seront loin d’être négligeables.
Le cabinet d’analyse ITIF (The Information Technology & Innovation Foundation) vient de faire une première estimation. Google, Microsoft, Amazon et consorts pourraient perdre entre 22 et 35 milliards de dollars de revenus dans les trois ans à venir, en raison d’une désaffection de la part des clients étrangers, en particulier européens.

La méfiance grandissante envers les services américains les pousserait à préférer les offres de prestataires locaux.
Une opportunité pour les fournisseurs européens

Pour établir ces estimations, ITIF s’est appuyé sur un sondage réalisé en juin et juillet 2013 par une association professionnelle, la Cloud Security Alliance. Ainsi, 10 % des membres non-américains ont répondu avoir annulé un projet avec un fournisseur cloud américain. Et ils sont 56 % à être moins enclins à souscrire un service américain. Inversement, 36 % des membres américains pensent que les révélations sur la NSA vont rendre les ventes de cloud plus difficile à l’étranger. ITIF en déduit – même si les données sont encore assez récentes – que les fournisseurs cloud américains perdraient entre 10 et 20 % de parts de marché hors Etats-Unis.

Ceux qui peuvent en profiter le plus sont les acteurs du cloud européens, qui vont jouer la carte de la sécurité des données avec l’aide rhétorique des responsables politiques européens. Certains enregistrent déjà une forte croissance des revenus. Selon l’étude, l’hébergeur suisse Artmotion a augmenté son chiffre d’affaires de 45 % depuis les révélations d’Edward Snowden.

Evidemment, le secteur high-tech américain ne va pas rester comme ça sans rien faire. Il va essayer de contre-attaquer en essayant de relativiser la portée de ces révélations. Selon ITIF, la première chose à faire serait que le gouvernement américain donne davantage de détails sur ces programmes d’espionnage et explique quelles données sont réellement concernées et comment elles sont traitées. Pour l’instant, ce n’est pas gagné.

L’étude de l’ITIF

http://www.01net.com/editorial/601007/le-scandale-prism-pourrait-couter-cher-a-l-industrie-high-tech-americaine/

0

#USA #Surveillance : Les menaces d’attentats pour justifier #Prism ?

-

tictac

Les révélations sur Prism (programme de surveillance et d’espionnage généralisé des États-Unis) ont dérangé Washington : leur nation qui prône la démocratie et la liberté dans le monde s’essuie ouvertement les pieds sur le droit international et sur les libertés publiques.

Pour redonner son panache à la bannière étoilée, il fallait trouver une solution, et vite.

C’est décidé, la Maison-Blanche laisse fuiter des informations au New York Times, qui les relaie. Promis, juré, craché, le chef d’al-Qaida a ordonné à un lieutenant de perpétrer un attentat géant début août.

« La peur est ce qui affaiblit le plus le jugement »

L’opération est une réussite…glissant en off, que ces informations vitales ont été recueillies grâce à Prism.

Mais c’est bien sûr ! Quelle meilleure justification à l’existence de ce programme que sa capacité à déjouer une série d’attentats ?

En fait, même si le monde occidental a suivi Barack Obama dans sa psychose, François Hollande et Angela Merkel en tête, personne n’a eu accès aux informations. Mais, promis, elles sont fiables ! Les plus précises et effrayantes depuis le 11 septembre 2001, promet-on à Washington.

On se souviendra ici du grand jeu d’acteur du secrétaire d’État américain Colin Powell à l’ONU, lorsqu’il avait affirmé que Saddam Hussein avait des armes de destruction massive, et qu’il fallait croire son pays sur parole. C’était un bon gros mensonge, proféré dans le seul but d’obtenir une résolution pour légitimer la seconde guerre du Golfe.

Toutefois, une grande partie de la population n’a pas conscience de ces changements, ou se dit qu’elle « n’a rien à cacher ». Le vrai retour de bâton aura lieu quand les démocraties voudront appliquer les principes virtuels au monde réel, et non plus l’inverse. C’est-à-dire lorsqu’on ouvrira systématiquement tous les courriers postaux pour dénicher, peut-être, une lettre parmi des millions, qui évoquerait un éventuel attentat. Ou lorsqu’on fermera des autoroutes parce que, parfois, les terroristes les empruntent. Le problème est que ce jour-là, ce sera trop tard.

article intégral :http://www.lepoint.fr/chroniqueurs-du-point/guerric-poncet/menaces-d-attentats-obama-utilise-la-trouille-pour-justifier-prism-06-08-2013-1711809_506.php

5

USA : L’adresse ip du Sénat repérée sur un changement de la définition de #Snowden sur #wikipedia!

-

Un sénateur a été pris en flagrant délit de « trollage » sur la page Wikipedia d’Edward Snowden. Le membre du Congrès a en effet décidé de changer la définition de Snowden de «dissident» à «traître».

L’encyclopédie open-source Wikipedia permet aux utilisateurs d’effectuer des modifications aux pages qu’ils estiment nécessaires. Mais parce-que la tentation de « troller » est  élevée, l’adresse IP de chaque personne qui fait une modification est enregistrée. Un sénateur américain semblait ne pas être au courant de ce détail.

Bien sûr, il n’y a pas moyen de savoir si l’éditeur est un sénateur, un membre du personnel ou un stagiaire – seulement que le changement a été effectué à partir d’un ordinateur avec une adresse IP du Sénat . 

Source:

http://www.dailydot.com/politics/wikipedia-senate-snowden-nsa-traitor/

http://www.inquisitr.com/885829/us-senator-trolls-edward-snowden-caught-changing-wikipedia-entry/

0

#surveillance : Excédé par la #NSA, #Wikipédia veut généraliser HTTPS et suggère #TOR

-

Wikipédia n’apprécie pas d’être dans le collimateur de la NSA. Aussi, son fondateur, Jimmy Wales, a appelé la fondation Wikimédia à riposter en généralisant le chiffrement de la navigation. La sécurisation par HTTPS sera effective d’ici la fin du mois. En attendant, il est recommandé d’utiliser l’extension HTTPS Everywhere ou d’utiliser le réseau TOR.

Jimmy Wales est en colère. Le fondateur de l’encyclopédie libre et gratuite Wikipédia n’a pas du tout apprécié lesdernières révélations de la presse sur les activités de surveillance de la NSA. L’entrepreneur américain, connu pour sonengagement en faveur des libertés individuelles et son activisme politique, a ainsi réclamé la sécurisation rapide de Wikipédia avec une couche de chiffrement SSL.

À l’origine de ce coup de sang, la mention de Wikipédia dans des documents classifiés relatifs à XKEYSCORE

Dans un communiqué, la fondation Wikimédia déclare « croire fermement à la protection de la vie privée de ses lecteurs et de ses contributeurs. Les récentes fuites du programme XKEYSCORE de la NSA ont incité les membres de notre communauté à faire pression pour l’utilisation par défaut du HTTPS au sein des projets de Wikimédia« .

En attendant, la fondation Wikimédia suggère d’utiliser HTTPS Everywhere un module complémentaire pour Firefox et Google Chrome, conçu par l’Electronic Frontier Foundation (EFF) et des membres du projet TOR. Son but ? Activer, lorsqu’elle est disponible, la connexion HTTPS sur les sites web fréquentés par l’internaute. HTTPS Everywhere peut le faire sur de très nombreux sites web.

La fondation Wikimédia suggère également l’emploi du réseau informatique décentralisé TOR, tout en rappelant que des restrictions existent.Distingué en 2009 pour son rôle d’intérêt social, TOR offre la possibilité aux usagers de renforcer leur anonymat en ligne en faisant transiter leurs communications à travers différents noeuds du réseau.

La mesure sera-t-elle suffisante pour contrarier les missions de la NSA ? Toujours est-il que Jimmy Wales a appelé tout le monde à faire de même.

Article integral sur  Numerama.com
Page 3 sur 29123451020Dernière page »