0

Julian Assange intervient par téléphone au meeting de Mélenchon

-
0

L’Inde met en garde Twitter après des messages menaçant de violence ethnique

-
L’Inde a menacé de prendre des mesures jeudi contre le site de réseau social Twitter après l’envoi de messages soupçonnés d’avoir attisé des tensions ethniques, une nouvelle tentative du gouvernement pour intervenir dans la sphère de l’internet.

Près de 310 demandes ont en outre été adressées aux fournisseurs indiens de services internet pour supprimer des messages, images et liens sur des sites tels que Facebook, la chaîne de télévision australienne ABC, la chaîne du Qatar Al-Jazeera et le quotidien britannique Daily Telegraph. (suite…)

0

Condamnation de Gu Kailai: le mot "sosie" censuré sur l’internet en Chine

-

 Les autorités chinoises bloquaient mercredi le mot « sosie » sur divers moteurs de recherche de l’internet, face aux rumeurs selon lesquelles l’ex-avocate Gu Kailai, reconnue coupable lundi de l’assassinat d’un Britannique, était représentée au tribunal par une doublure. (suite…)

0

OpenBitTorrent : les téléchargements interrompus par la grève du plus gros tracker

-

Les deux principaux trackers BitTorrent au monde, OpenBitTorrent et PublicBitTorrent, sont en grève. Ils ne protestent non pas contre des ayants droit, comme on pourrait l’imaginer, mais contre la société BitTorrent, Inc., qui maintient le protocole éponyme.

Logo BitTorrent, Inc.

OpenBitTorrent et PublicBitTorrent sont comme leurs noms l’indiquent deux trackers ouverts, qui sont à la disposition de n’importe quel internaute souhaitant mettre à disposition un fichier en peer-to-peer. Ils sont notamment utilisés par les sites d’indexation les plus populaires, et mettent ainsi en relation des millions d’internautes chaque jour.

Les trackers ont beau ne pas transmettre le moindre bit des fichiers échangés par leur biais, la simple mise en relation des internautes génère, à grande échelle, un trafic important. L’année dernière, les administrateurs d’OBT et de PBT ont ainsi abandonné le TCP, qui requiert un accusé de réception, au profit du seul UDP. Mais d’anciens torrents et des utilisateurs peu expérimentés continuent à référencer des trackers en HTTP, ce qui entraîne de nombreuses « annonces » erronées et utilise inutilement beaucoup de bande passante.

L’un des co-fondateurs de The Pirate Bay, Fredrik Neij, a ainsi proposé sur la rubrique développeurs du forum de la société BitTorrent, qui édite au passage le client le plus utilisé au monde, µTorrent, une nouvelle fonction permettant d’indiquer aux logiciels de téléchargement si les connexions sont autorisées ou non.

De nombreux intervenants ont chaleureusement accueilli la proposition, à l’exception de la société BitTorrent elle-même qui, plusieurs semaines après, n’a toujours pas réagi. « PBT et OBT sont (donc) en grève jusqu’à ce que le problème soit résolu, » ont ainsi annoncé les administrateurs des trackers au site Internet spécialisé TorrentFreak. Les téléchargements sont ainsi interrompus pour les utilisateurs n’utilisant pas DHT, un protocole totalement décentralisé, et fortement ralentis pour tous les autres.

Source: OpenBitTorrent : les téléchargements interrompus par la grève du plus gros tracker

 

0

Justice : Google doit agir contre le téléchargement illégal !

-
14.07.2012 La Cour de cassation a estimé que Google devait prendre des mesures pour éviter que son moteur de recherche associe automatiquement des noms d’artiste ou de chansons à des sites internet permettant le téléchargement illégal.
En conséquence, la première chambre civile de la plus haute juridiction, dans une décision rendue jeudi, a annulé un arrêt de la cour d’appel de Paris qui déboutait le principal syndicat des producteurs de disques français (Syndicat national de l’édition phonographique, Snep) contre les sociétés Google France et Google Inc.

Le 3 mai 2011, le Snep avait perdu sa bataille en appel pour obtenir que la fonctionnalité Google Suggestions du moteur de recherche cesse de renvoyer les internautes saisissant des noms de chansons ou de chanteurs vers des sites comme Torrent, Megaupload ou Rapidshare, qui permettent de procéder à des téléchargements illégaux.

La cour d’appel de Paris avait rejeté cette demande en considérant que la suggestion de tels sites ne viole pas en elle-même le droit d’auteur, mais que c’est l’utilisation qu’en font les internautes qui rend la manoeuvre illicite.

Ce faisant, l’analyse de la cour d’appel « a violé » le code de la propriété intellectuelle, estime la Cour de cassation dans son arrêt consulté par l’AFP, alors que Google aurait pu « contribuer à remédier » à ces pratiques, « en rendant plus difficile la recherche de sites litigieux », même si cette intervention n’aurait pas complètement résolu le problème.

La Cour de cassation renvoie donc Google et le Snep devant une nouvelle cour d’appel, à Versailles, qui devra de nouveau trancher la question en tenant compte de ces observations des juges.

David El Sayegh, directeur général du Snep, a salué dans un communiqué cette décision « de principe », « une première en France, qui démontre que les moteurs de recherche doivent participer à la régulation sur internet ».

« La Cour considère que Google a la possibilité d’éviter de renvoyer vers des sites permettant le téléchargement illégal et que le moteur de recherche ne peut se décharger sur la responsabilité individuelle de l’internaute », a commenté Me Emmanuel Piwnica, défenseur du syndicat.

La société Google s’est en revanche déclarée « surprise » de la décision de la Cour. Dans un communiqué, Google rappelle que sa fonctionnalité de saisie semi-automatique « affiche automatiquement des requêtes qui sont le reflet des activités de recherche de l’ensemble des internautes » et qu’elle « prend très au sérieux les questions de droit d’auteur et de contrefaçon en ligne ».

« Nous continuons de travailler avec les créateurs de contenus afin de les aider à toucher de nouveaux publics et à se protéger contre le piratage », affirme encore Google.

source AFP : http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5gLASQh6t6Y1t_VWGou3OfjVABkDg?docId=CNG.8a792096cccb68d8e2c460c68d250401.8b1